Daniel et Chon

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront (René Char)


1 commentaire

Plein sud vers l’Arménie /Southwards to Armenia

Après plusieurs jours au frais dans les montagnes près de Sno, on a pris la route pour rejoindre l’Arménie. On a retrouvé les troupeaux de vaches immobiles au milieu de la chaussée.

After several cool days in the mountains near Sno, we took the road towards Armenia. The herds of immobile cows were still in the middle of the road.

Une première étape à Mskheta, à 25 kms de Tbilissi, près de l’autoroute. On y avait déjà passé une journée mais cette fois-ci c’était seulement pour dormir. On a choisi de s’éloigner du parking officiel, avec ses chiens errants qui avaient aboyé toute la nuit, pour un coin près de la rivière (41.840451, 44.723754).

A first stop in Mskheta, 25 kms from Tbilisi, near the highway. We had already spent a day there but this time it was only to sleep. We chose to walk away from the official car park, with stray dogs that had barked all night, for a spot near the river (41.840451, 44.723754).

La frontière est seulement à 120 kms et c’est la première fois que Téhéran apparaît sur une pancarte ! La bonne surprise a été qu’une n’y avait aucune file d’attente à la douane, la mauvaise a été qu’il a fallu quand même une heure pour faire tamponner l’importation temporaire du camping car et que cela nous a coûté 53 €. Il a aussi fallu prendre une assurance (1 mois = 30 €). Il paraît qu’il y a aussi une taxe de sortie pour la voiture. On verra bien.

The border is only 120 kms away and this is the first time that Tehran appears on a sign! The good surprise was that there was no queue at the customs, the bad one was that it took still an hour to stamp the temporary importation of the camper and that it cost us 53 €. It was also necessary to take insurance (1 month = 30 €). It seems that there is also an exit tax for the car. We’ll see.

Les routes géorgiennes ne sont pas toutes bonnes, mais celles de l’Arménie sont pires ! En tous cas celles que l’on a pratiquées jusqu’à maintenant. Non loin de la route principale, on a jeté un oeil sur deux monastères (déjà !!!) intéressants.

Georgian roads are not all good, but those of Armenia are worse ! In any case, the ones we have practiced so far. Not far from the main road, we stopped for two interesting monasteries (already !!!) .

Celui de Akhtala est intégré dans une forteresse.

Akhtala is set behind fortress walls.

Mais c’est surtout celui de Haghpat, qui nous a impressionné. Il mérite bien son label de site UNESCO. C’est en fait un dédale de monuments datant  du VIIIème siècle. Les bâtiments de pierre grise, bien qu’austères sont magnifiques. Nous n’avions encore jamais vu un tel ensemble.

But it was especially Haghpat, which impressed us. It deserves well its UNESCO site label. It is actually a maze of monuments dating from the 8th century. The buildings of gray stone, although austere are magnificent. We had never seen such a group before.

On y voit nos premiers « Khatchkars« , pierres levées caractéristiques de l’Arménie. Et elles ont copié (ou est-ce l’inverse ?) les entrelacs irlandais !

We saw our first « Khachkars », raised stones characteristic of Armenia. And they copied (or is it the reverse ?) Irish interlacing!

La première ville arménienne rencontrée est Alaverdi. Cette ville minière produisait 20% du cuivre de toute l’URSS au faite de sa production. L’usine a aussi fourni le cuivre pour la statue de la Liberté à New York. Elle était à l’époque propriété d’une société française. On nous a assuré que Charles de Gaulle y aurait vécu quatre ans de sa petite enfance. Une autre version voudrait qu’il aurait été conçu à Alaverdi où ses parents auraient travaillé. Difficile à croire que son père, professeur au très chic lycée Stanislas à Paris soit venu jouer les mineurs en Arménie. En cherchant sur internet, on découvre que son frère  Xavier était ingénieur des mines. Est-ce l’explication de la confusion ?

The first Armenian city we encountered was Alaverdi. This mining town produced 20% of the copper of all the USSR at a time. The factory also supplied copper for the Statue of Liberty in New York. It was then owned by a French company. We were assured that Charles de Gaulle had lived there four years of his early childhood. Another version says that he had been conceived in Alaverdi where his parents were working. Hard to believe that his father, professor at the very chic posh lycée Stanislas in Paris came to work in a mine in Armenia. By searching the internet, we discovered that his brother Xavier was a mining engineer. Is this the explanation for the confusion?

Aujourd’hui, Alaverdi est une succession de friches industrielles horribles, de structures rouillées, abandonnées. Un spectacle terrible, d’autant que la ville continue d’être empoisonnée par la fonderie de cuivre qui continue au ralenti.

Today, Alaverdi is a succession of horrendous industrial wasteland, rusty, abandoned structures. A terrible sight, especially as the city continues to be poisoned by the copper smelter that continues to spit fumes.

La route serpente au fond de la vallée du Debed et se transforme en gorge spectaculaire. C’est très beau, une fois qu’on oublie les mines et leurs squelettes d’acier rouillé.

The road winds up at he bottom of Debed valley and turns into a spectacular gorge. It is very beautiful, once you forget the mines and their skeletons of rusty steel.

On a passé la nuit à la Guest House Iris (41.085384, 44.620358), après Alaverdi, un lieu agréable avec des propriétaires aux petits soins. C’était une soirée très « auberge espagnole » avec un dîner épique avec de jeunes européens à sacs à dos (une allemande, deux flamandes, deux françaises, un couple italien) et nous. Vin géorgien, puis vin arménien ont aidé à la compréhension mutuelle.

We spent the night at the Guest House Iris (41.085384, 44.620358), after Alaverdi, a pleasant place with very nice caretakers. It was a very « Auberge espagnole » like with an epic dinner with young European backpackers (one German girl, two Flemish girls, two French, one Italian couple) and us. Georgian wine, then Armenian wine have helped mutual understanding.

Par contre la grimpette sur le chemin de terre pour y arriver nous a fait frotter l’arrière du camping car. Faisceau électrique éclaté et plus d’éclairage. Deux heures de travail d’un électricien (20 €) le lendemain nous a remis tout en place, mais on a eu chaud !

By cons when climbing the dirt road to get there we rubbed the back of the camper. Electric wires were ripped off and no more tail lights. Two hours of work by an electrician (20 €) the next day fixed it up, but we got a bit of stress.

On a ensuite rejoint Yerevan à travers une campagne de montagnes, de plateaux grillés par le soleil. On y a fait la connaissance de la sœur d’Hasmig, une amie arménienne que l’on connaissait depuis le Liban. Là encore une soirée chaleureuse dans une atmosphère familiale. Baptême et bénédiction du raisin au programme. Wait and see !

We then reached Yerevan through a countryside of mountains, dried plateaus. There we met the sister of Hasmig, an Armenian friend whom we knew from Lebanon. Here again a warm evening in a family atmosphere. A baptism and the blessing of the grapes were on the program. Wait and see !

Publicités


1 commentaire

Multiple Tbilissi

Pour Chon, Tbilissi a commencé par un baptême, celui d’un pigeon géorgien.

Chon’s first encounter with Tbilissi has been a baptism by a pigeon.

Cela ne nous a pas empêché de nous balader dans cette belle ville aux multiples facettes.

This did not stop us from strolling in this beautiful city with many facets.

Le vieux Tbilissi est un enchevêtrement de petites rues, blotties au pied de la forteresse.

Old Tbilisi is a tangle of small streets, nestled at the foot of the fortress.

Durant des siècles, la ville a été un carrefour entre l’Europe et l’Asie, et toutes les religions se retrouvent dans la profusion de lieux de culte. Cathédrale Sioni, basilique Anchiskhati, église Saint-George des Arméniens(qui en 1900 formaient un tiers de la population), grande synagogue, mosquée du quartier Azéri et de nombreuses petites églises se découvrent au hasard des ruelles.

For centuries, the city has been a crossroads between Europe and Asia, and all religions are there  in the profusion of places of worship. Sioni Cathedral, Anchiskhati Basilica, St. George’s Church of the Armenians (which in 1900 made up a third of the population), a large synagogue, a mosque in the Azeri district and many small churches are to be discovered along the cobbled streets.

Le coin le plus photographié est celui des bains de soufre avec leurs dômes de briques rouges.

The most photographed quarter is the one of the sulfur baths with their red brick domes.

L’ensemble fait penser à l’Asie centrale. On raconte que le roi Vakhtang 1er aurait choisi de s’installer là pour profiter de ces sources chaudes. La façade du hammam Orbeliani, tout proche, donne l’impression d’être en Iran.

The whole thing makes one think of Central Asia. It is said that King Vakhtang 1st chose to settle there to enjoy these hot springs. The façade of the nearby Orbeliani hammam gives the impression of being in Iran.

On a été très étonné de voir que Tbilissi est visitée par autant de touristes. Les rues de la vieille ville ont un côté Plaka à Athènes ou rue Saint-Séverin à Paris ! Autre surprise, le nombre de touristes iraniens en ville ! Depuis un an, ils n’ont plus besoin de visas pour se rendre en Géorgie et ils en profitent, tout comme de nombreux arabes du golfe et des indiens.

We were very surprised to see that Tbilisi is visited by so many tourists. The streets of the old town have a Athens’ Plaka or Rue Saint-Séverin  feeling !  Another surprise, the number of Iranian tourists in town ! Since  last year, they no longer need visas to get to Georgia, and they benefit, as do Indians and many Arabs from the Gulf.

Entourée de grands empires, la Géorgie a été conquise au fil des siècles par les Arabes, les Perses, les Mongols, les Ottomans et finalement les Russes à partir de 1801. A part un épisode d’indépendance entre 1918 et 1921, elle tombera sous le joug soviétique jusqu’en 1991.

Surrounded by huge empires, Georgia was conquered over the centuries by the Arabs, Persians, Mongols, Ottomans and finally the Russians from 1801. Apart from an episode of independence between 1918 and 1921, it will fall under The Soviet yoke until 1991.

Le XIXème siècle verra le développement d’une ville moderne, avec une architecture classique russe. De beaux immeubles s’alignent le long d’avenues larges et aérées, certaines piétonnes.

The 19th century saw the development of a modern city, with classical Russian architecture, as seen in St. Petersburg. Beautiful buildings line up wide avenues, some pedestrianized.

Les quartiers populaires aussi se développent à ce moment là, avec des rues où les balcons sont couverts de treilles pour se protéger du soleil. Malheureusement, beaucoup de ces maisons typiques sont très dégradées, sans parler des HLMs bien décatis.

Popular neighborhoods also develop at this time, with streets where the balconies are covered with trellises to protect themselves from the sun. Unfortunately, many of these typical homes are very degraded, not to mention the blocks of flats.

Et puis il y a aussi la Tbilissi High tech, avec quelques bâtiments emblématiques dont la salle de concert et centre de congrès de l’italien Fuksas, qui ressemble à un gros tuyau de métal, dominés par le palais présidentiel.

And there is also high tech Tbilisi, with some emblematic buildings including Fuksas’ concert hall  which resembles a big metal pipe, dominated by the presidential palace.

La passerelle du « Peace bridge » relie les deux rives de la Koura. Le spot idéal pour les selfies des sept millions de touristes annoncés en Géorgie cette année !

The « Peace bridge » connects the two banks of the Koura. The ideal spot for the selfies of the seven million tourists announced in Georgia this year !

Les touristes russes aussi sont très présents malgré la tension entre les deux pays suite à la guerre de 2008 qui a vu la Géorgie se faire amputer de deux régions touchant la Russie, l’Ossétie et l’Abkhazie. Le président de l’époque, Saakachvili, viscéralement russophobe, s’était lancé dans une aventure militaire pour récupérer ces deux provinces sécessionnistes. En huit jours, c’était plié : l’armée russe battait à plate couture les Géorgiens, et les deux provinces sont aujourd’hui « indépendantes » mais russes de facto (le rouble est utilisé comme monnaie et les horloges sont calées sur le fuseau horaire de Moscou, etc…). Depuis cette date, une mission de l’Union européenne surveille les lignes de front. Un grand bâtiment chic abrite les délégations de l’UE et de l’Otan près de la place de la liberté, au centre de la ville moderne, et les observateurs européens paradent dans leurs superbes 4X4 !

Russian tourists are also very present despite the tension between the two countries following the 2008 war which saw Georgia amputated from two regions affecting Russia, Ossetia and Abkhazia. The president of the time, Saakashvili, viscerally Russophobe, had embarked on a military adventure to recover these two secessionist provinces. In eight days it was over : the Russian army beat the Georgians flat and the two provinces are now « independent » but de facto Russian (the ruble is used as currency and the clocks are stuck on Moscow’s time). Since then, an EU mission has been monitoring the front lines. A large chic building houses the delegations of the EU and NATO near Freedom Square, in the center of the modern city, and European observers parade in their stunning 4WD !

Saakachvili n’est plus au pouvoir mais la Géorgie continue à déclarer son amour à l’Union européenne : tous les bâtiments officiels arborent le drapeau de l’UE à coté de celui de Géorgie.

Saakashvili is no longer in power but Georgia continues to declare his love for the European Union: all the official buildings have the flag of the EU next to that of Georgia.

Ils sont aussi demandeurs d’intégration dans l’Otan. Un camp d’entraînement est déjà installé près de Tbilissi, au grand dam des Russes.

They are also seeking integration into NATO. A training camp is already installed near Tbilisi, to the dismay of the Russians.

Le désir d’Europe des Géorgiens n’est pas récent. Ils ont sûrement eu autant d’échanges sinon plus que nous avec la Grèce et Rome dès le VIIIème siècle avant JC, comme on le constate dans le musée national de Tbilissi. Petit rappel à l’ordre pour les eurocentristes que nous restons toujours un peu.

Georgians’ desire for Europe is not recent. They certainly had as much or more exchanges than we did with Greece and Rome from the VIIIth century BC, as we see in the national museum of Tbilisi.

Mais le trésor du musée, ce sont les salles consacrées aux bijoux en or des peuples antiques du Caucase et de l’Asie centrale.

But the treasures of the museum are in the rooms devoted to the gold jewelery of the ancient peoples of the Caucasus and Central Asia. These jewels are 5 000 years old !

Ces bijoux ont 5000 ans ! On y retrouve l’émerveillement qui nous avait saisi l’an dernier dans les sous-sols du musée de l’Hermitage à Saint-Pétersbourg avec la collection de l’Or des Scythes, qui comme par hasard occupaient un territoire immense juste au nord du Caucase.

There is the same amazement that had gripped us last year in the basement of the Hermitage Museum in St. Petersburg with the Scythian Gold Collection, a great people who  occupied an immense territory just to the north of the Caucasus.

En conclusion, Tbilissi est une très belle découverte, mais bon sang qu’il y fait chaud !

As a conclusion, Tbilisi was a great discovery for us, but, OMG, it’s so hot here !

Et demain, route pour l’Arménie !

Tomorrow Armenia, here we come !

 

 


1 commentaire

Sno

On a quitté la chaleur accablante de Tbilissi pour les hauteurs du Caucase, cette fois-ci le long de la « Georgian military Highway » qui est la route qui grimpe tout au nord vers la Russie. Avec un petit arrêt pour jeter un œil au monastère de Ananuri sur le chemin (superbe au dessus d’un lac).

We left the overwhelming heat of Tbilisi for the heights of the Caucasus, this time along the « Georgian Military Highway » which is the road that climbs all the way north to Russia. With a short stop to take a look at the monastery of Ananuri on the way (superb over a lake).

Une fois arrivés dans les montagnes, on a quitté la grande route et on s’est enfilés dans une vallée superbe, dominée par le mont Kasbek, qui fait la frontière avec l’Ingouchie russe, à 5033 m. C’est ainsi qu’on a découvert le petit village de Sno. Enfin un nom géorgien facile à retenir !

Once we reached the mountains, we left the main road and turned into a beautiful valley, dominated by Mount Kasbek, which borders with Ingushetia, at 5033 m. This is how we came across the small village of Sno. Easy name ! for a change !

Au bout d’une piste, à la sortie de Sno, en direction de Juta, on a trouvé un petit paradis au bord de la rivière, sous les arbres, avec comme seuls voisins les incontournables vaches en liberté et un pope d’âge canonique. Une vraie petite oasis (42.5994, 44.649) sous les eucalyptus.

At the end of a dirt road, at the exit of Sno, in the direction of Juta, we found a small paradise by the river, under the trees, with as neighbors the unavoidable cows  and a canonical pope. A real little oasis (42.5994, 44.649) under the eucalyptus.

Le pied absolu, et il y a un petit vent frais bien agréable. On va sans doute y lézarder quelques jours… et faire un peu de blog. On a en tête un billet sur notre passage à Tbilissi.

Heaven on earth, and with a nice cool breeze. We will undoubtedly stay there for a few days … and do some blogging. We have a post to write about Tbilisi.

Les montagnes sont sublimes, les arbres sont majestueux, la prairie est couverte de fleurs.

The mountains are sublime, the trees are majestic, the meadow is covered with flowers.

On se croirait presque seuls au monde !

We could almost feel like being alone in the world !


Poster un commentaire

D’une ancienne capitale l’autre / from one capital city to another

Plein est vers Tbilissi, on a quitté Koutaissi, qui fut capitale de l’Imérethie, royaume à l’ouest de la Géorgie du XVème siècle à 1810, date à laquelle  la région fut annexée par la Russie tsariste.

Heading east towards Tbilisi, we left Kutaisi, which has been the capital of Imerethia, kingdom in the west of Georgia from the 15th century to 1810, when the region was annexed by tsarist Russia.

Cette route qui traverse plaines et collines est l’épine dorsale de la Géorgie, entre Turquie et Azerbaidjan.

This road, crossing plains and hills, is the backbone of Georgia, between Turkey and Azerbaijan.

Elle passe notamment par Gori, village natal de Joseph Dougashvili, alias Staline.

It goes through Gori, Stalin’s home town.

Dans le parc Staline, avenue Staline, près du supermarché (Staline ?), la maison du « petit père des peuples » est protégée sous un dais de béton avec colonnes vaguement greco-soviétiques.

In Stalin Park,  on Stalin Avenue, near the (Stalin?) supermarket , his house is protected under a concrete canopy with vaguely Greco-Soviet columns.

Un énorme musée raconte la vie du personnage. Tout ce qu’on a lu sur ce site nous a découragé d’y entrer : on est dans la logique de « Staline, sa vie, son oeuvre ». La statue qui orne l’escalier d’honneur à l’entrée du musée le confirme. Imagine-t-on à Vienne ou à Berlin un musée à la gloire de Hitler ?

A huge museum tells his life. Everything we read on this site discouraged us from entering it: we are in the logic of « Stalin, his life, his work ». The statue which adorns the staircase of honor at the entrance of the museum confirms it: we are here at the devotees! Imagine in Vienna or Berlin a museum to Hitler’s glory ?

Son wagon personnel est aussi proposé à la visite. Dans ce pays qui a subi 70 ans d’occupation soviétique et garde un immense ressentiment pour cette période et les horreurs qui l’ont marquée, cette évocation à Gori de l’enfant du pays met très mal à l’aise. On a vite passé notre chemin.

His personal wagon is also proposed for the visit. In this country which has undergone 70 years of Soviet occupation and is still very resentful for this period and the horrors that have marked it, this evocation in Gori of the country’s child makes it very uncomfortable. We quickly walked our way.

On est partis dormir dans la campagne, dans les gorges d’Ateni (N 41°53.815′ E 44°2.825′). Le long d’un torrent, de grandes aires de pique-nique sont prévues. Vue la chaleur, les familles viennent y passer la soirée au frais. Soirée et nuit très agréables !

We went to sleep in the countryside, at the top of the Ateni gorge. Along a torrent, large picnic areas are planned. Families come there to take the cool in the evening. Evening and night very pleasant!

Changement de décor le lendemain avec la visite du site de Uplistsikhe. Dans le flanc d’une colline, dans un décor de sécheresse digne du sud marocain, 400 grottes ont été utilisées comme habitations du VIème siècle avant J-C jusqu’à son sac définitif par les Mongols en 1240. C’est un ensemble grandiose, dommage que nous l’ayons visité sous un soleil de plomb.

Change of scenery the next day with the visit of the site of Uplistsikhe. In the hillside, in a drought setting worthy of southern Morocco, 400 caves were used as dwellings from the 6th century BC to its definitive looting by the Mongols in 1240. It is a grandiose ensemble, a pity that we visited it under a scorching sun .

Ancient-Caves-of-Uplistsikhe

Le soir nous étions à Mtskheta, autre ancienne capitale du pays, à 25 kms à l’ouest de Tbilissi.

In the evening, we reached Mtskheta, another former capital, 25 kms away from Tbilisi.

Pour les Géorgiens, c’est le symbole de la Christianisation du pays. En effet, un peu par hasard des commerçants juifs de la ville auraient ramené de Jérusalem la tunique du Christ, qui est enterrée dans la cathédrale, à côté des sépultures de douze rois de Géorgie.

For the Georgians, it is the symbol of the Christianization of the country. Indeed, somewhat by chance Jewish merchants in the city are said to have brought back from Jerusalem the Christ’s tunic, which is buried in the cathedral, next to the tombs of twelve kings of Georgia.

Le monastère de Djvari qui domine la ville depuis une colline est aussi un lieu saint pour les Géorgiens. Construit au IVème siècle, il a été le lieu des miracles de Sainte Nino, qui convertit le roi au christianisme. la Géorgie est alors devenue officiellement chrétienne.

Djvari monastery  which dominates the city from a hill is also a holy place for the Georgians. Built in the 4th century, it was the site of the miracles of St. Nino, who converts the king to Christianity. Georgia then became officially Christian.

Mtskheta est également une charmante petite ville  avec ses rues pavées, très touristique (cathédrale UNESCO oblige !) . On n’y boit pas que du vin de messe, sous les tonnelles des restaurants. On peut  même y déguster sa propre bouteille, achetée au caviste du coin. Une belle idée, qu’on n’imagine pas dans les restos français !

Mtskheta is also a charming little town with its cobbled little streets, and very touristy (UNESCO cathedral obliges!). Wine is not only used for mass !  Under the arbor of the restaurants, you can even bring his own bottle, bought from the local wine merchant. Nice idea, but impossible to imagine in a French restaurant !

 


Poster un commentaire

Edith Piaf, Omar Khayyam et Joe Dassin

Le petit et remarquable musée de Svanétie à Mestia renferme des trésors, icônes, croix , bijoux, manuscrits, objets traditionnels, tous très bien mis en valeur. Tous les objets religieux ont été cachés par la population pendant les années communistes.

The small and remarkable museum of Svanetia in Mestia contains treasures, icons, crosses, jewels, manuscripts, traditional objects, all very well emphasized. All the religious pieces have been hidden by the population during the Communist period.

Comme ce superbe lutrin en bois sculpté…

Like this magnificent carved wood lectern ...

… ou ce banjo et cette harpe à 6 cordes.

… or this banjo and 6 string harp.

Parmi les icônes plusieurs représentations de Saint Georges terrassant… Dioclétien (empereur très hostile aux Chrétiens).

Among the icons, several representations of Saint Georges slaying.. Diocletian (empereur who was very hostile to the Christans).

De plus, une grande citation du géographe grec Strabon, mort en 25 après JC, donne peut-être l’explication du mythe de la Toison d’or : les Svans de son époque utilisaient des peaux de mouton qu’ils déposaient au fond des rivières pour récupérer les paillettes d’or charriées par les torrents.

Moreover, a long quotation from the Greek geographer Strabo, who died in 25 AD, gives perhaps the explanation of the myth of the Golden Fleece : the Svans of his time used sheep skins which they deposited at the bottom of the rivers to recover the gold nuggets carried by the streams.

En fait, Jason nous poursuit. Après avoir dormi près de son lieu de départ en Turquie, nous sommes aujourd’hui, après être descendus de la montagne, à Koutaïssi, la seconde ville de Géorgie, où il serait venu réclamer la Toison d’or au roi Eétès.

In fact, Jason is after us. After sleeping near his place of departure in Turkey, we are today, after descending from the mountain, in Kutaisi, the second city of Georgia, where he is supposed to have come to claim the Golden Fleece from King Aetes.

C’est Médée, la fille du roi, qui lui aurait permis de s’enfuir avec celle-ci. Pour retarder son père dans sa traque du voleur, elle aurait (dixit wikipedia) tout simplement découpé son frère en morceaux, éparpillé façon puzzle. Malin, car le père a ainsi perdu du temps à recoller les morceaux afin de lui donner une sépulture correcte et les Argonautes ont mis les voiles.

Medea, the king’s daughter, helped him to escape with the Fleece. To delay his father in his hunt for the thief, she (dixit wikipedia) simply cut up her brother into pieces, scattered like a puzzle. Smart girl, as her father lost time putting together the pieces to give him a proper burial and this allowed the Argonauts to escape.

Koutaïssi en soi a peu d’intérêt. Sa cathédrale a été sacrée patrimoine mondial par l’UNESCO puis mise presque aussitôt sur liste des trésors en péril par cette même UNESCO. La raison, une réfection horrible, avec des toits en tôle peinte et une immonde « prothèse » en métal à l’arrière de la nef.

Koutaissi has little interest, by itself. The cathedral was crowned World Heritage by UNESCO and then put almost immediately on the list of treasures in danger by this same UNESCO. The reason, a horrible repairs, with painted metal roofs and an ugly metal « prosthesis » at the back of the nave.

Par contre le monastère de Gelati à 10 km est une merveille. C’est en fait un ensemble de bâtiments avec une « université » voulue par David le Constructeur, le roi emblématique du pays au XIIème siècle.

On the contrary the Gelati monastery, 10 kms away,  is a marvel. It is in fact a collection of buildings with a « university » wanted by David the Builder, the emblematic king of the country in the 12th century.

De très belles fresques dans l’église et les chapelles et une grande mosaïque d’origine au dessus de l’autel.

Very beautiful frescoes in the church and chapels and a large mosaic dating back to the construction time, above the altar.

Mais pour nous, les mosaïques de Saint-Sauveur-in-Chora à Istanbul qu’on a découvert l’an dernier restent inégalées.

But still for us the most beautiful mosaics are those of the church of the Holy-Saviour-in-Chora in Istanbul.

Ici aussi, on réhabilite mais en remplaçant les tôles par des tuiles vernissées comme à l’origine. Ce sera superbe quand tout sera fini.

Here too, rehabilitation is on its way., but they replace the metal sheets on the roofs with glazed tiles as originally. It will be superb when everything is over.

Internet nous avait suggéré d’aller dormir au « Camping complex Europa » à l’entrée de la ville. Pourquoi pas ? Sauf que ces coordonnées GPS correspondent à un cimetière, et pas de complexe en vue. Humour géorgien ?

Internet suggested we d’go to sleep at the « Camping complex Europa » at the entrance to the town. Why not ? Except that these GPS coordinates correspond to a cemetery, and no complex in sight. Georgian sense of humor?

Finalement on a dormi sur le parking de l’hôtel Eleganti (N 42°16.388 E 42°.41.823) à Koutaïssi et pu profiter de la climatisation du salon de l’hôtel. Là, surprise : dans la bibliothèque, on découvre, bien en évidence, des poèmes d’Omar Khayyam et une biographie d’Edith Piaf, le tout en géorgien !

Eventually we stayed in the car park of hotel Eleganti (N 42 ° 16.388 E 42 ° .41.823) in Koutaïssi and could benefit from the air conditioning of the lounge of the hotel. There, a surprise : on the book shelves, Omar Khayyam’s poems and a biography of Edith Piaf , translated in Georgian!

Ca a été l’occasion de causer avec Mikheil, un client buveur de bière (par litres apparemment) et russophobe qui a invité Chon à un slow sur la musique de Joe Dassin sortant de son portable. Surréaliste !

It was an opportunity to chat with Mikheil, a beer drinker (per liter apparently) and a Russophobe who invited Chon for a slow on the music of Joe Dassin coming out of his smart phone. Surrealist!


3 Commentaires

Du côté de chez Svan / In Svan country

La région de Svanétie est complètement enclavée dans les hautes montagnes du Caucase. Pour la rejoindre, il n’y a qu’une seule route qui longe l’Abkhazie et se faufile entre des sommets de plus de 3 000 mètres pendant 100 kms.

Svanetia is locked up in the high mountains of the Caucasus. To reach this region, there is only one road, along the border with Abkhazia, which makes its way between 3000 m high summits, for 100 kms.

Les Svans sont un petit peuple qui possède sa langue et ses propres traditions. Personne n’a jamais pu les conquérir, ni les Turcs, ni les Perses, ni les Russes.

The Svans are a little people with their own language and traditions. No one has ever been able to conquer them, neither the Turks, nor the Persians, nor the Russians. 

La petite capitale de Svanétie, Mestia (2 000 âmes) est tout au bout du goudron. C’est un centre de trekking peuplé l’été de dizaines de backpackers en chaussures de marche.

Savnetia’s little capital city, Mestia (2 000 souls) is at the end of the asphalt. It is a trekking center peopled in the summer by dozens of backpackers in hiking boots.

Mais le village, comme tous ceux alentours, est remarquable par les dizaines de tours qui s’élèvent au dessus des maisons.

But the village, as all others around, is remarkable by the tens of towers raising above the houses.

Les tours servaient de greniers et aussi de défense en cas d’attaques.

The towers were used as granaries, as well as for defense in case of attacks.

Leur héroïne est la reine Tamar, couronnée « roi » de Géorgie en 1178. Sa statue équestre surveille la place centrale de Mestia. Drôle de statue, avec un cheval un peu bedonnant et couvert d’inscriptions et de dessins mystérieux pour nous. On se croirait dans le Seigneur des Anneaux.

Their heroine is Queen Tamar, crowned « king of Georgia » in 1178. Her equestrian statue watches Mestia’s central square. Funny statue, with a horse a little paunchy and covered with inscriptions and drawings mysterious for us. It looks like a creature out of the Lord of the Rings.

Nous sommes arrivés par hasard le dernier samedi de juillet, jour du Festival annuel de Svanétie. On avait l’impression que tous les Svans de la région étaient présents pour assister aux spectacles.

We arrived by chance on the last Saturday of July, the annual festival in Svaneti. It was as if all the Svans in the area were present to attend the shows.

Et du spectacle il y en a eu : choeurs d’hommes à capella, danses acrobatiques de jeunes hommes bottés et de jeunes femmes habillées en « princesses ».

choirs of men a capella, acrobatic dances of booted young men and young women dressed in « princesses »

Superbes chorégraphies qui faisaient penser un peu aux choeurs de l’Armée rouge (mais ne le répétez pas!).

Beautiful choreographies that made you think a little of the choruses of the Red Army (but do not repeat it!).

Une superbe surprise pour notre arrivée !

A great surprise for our arrival !

 


3 Commentaires

En route pour le Grand Caucase

La région de Svanétie est tout en haut de la  Géorgie sous les hautes montagnes du Caucase, qui font la frontière avec la Russie.

Svanetia is all the way up under the high mountains of Caucasus, which make the border with Russia.

Après notre début chaotique à Batoumi, nous sommes allés y chercher le frais et l’air pur de la montagne.

After our chaotic beginnings in Batumi, we went there to find cool and pure air in the mountains.

Ici les nains de jardin sont plutôt animaliers. On a hésité à en ramener un pour Isa et Boulette, mais ils sont un peu encombrants.

They have nice garden dwarves in Georgia !

La route est correcte. Il faut seulement bien veiller à éviter les vaches  immobiles au milieu du macadam et faire attention aux Géorgiens qui conduisent à la libanaise.

The roads are ok. One must only watch for the static cows in the middle of the asphalt and be aware of the Georgians who drive like Libaneses.

On a croisé de drôles de cimetières, où les sépultures sont protégées par des sortes de cabanes en métal rouillé…

We crossed strange cemeteries, where the tombs are protected by rusted metal shacks…

… et là aussi des vaches ruminent sur la route.

… and watched over by the inevitable ruminating cows on the road.

Au passage un monument soviétique (on a enlevé l’étoile rouge mais on la devine encore) : sans doute un monument aux morts.

Here a soviet monument (they took away the red star, but one can guess it still on the pilar). Monument to dead heroes ?

Les cent derniers kms sont magnifiques. On monte, on monte vers les sommets.

The last hundred kms are gorgeous. We climb and climb to the summits.

Le mont Ushba (ici dans les nuages) monte à 4700 m. Plus loin, côte russe l’Elbrouz culmine à 5642 m.

Mount Ushba (here in the clouds) goes up to 4700 m. Further north, on the Russian side, the Elbrouz cuminates at 5642 m.

Après sept heures de route dont trois dans les virages caucasiens, voici enfin Mestia et ses tours mystérieuses.

After seven hours of driving – of which three in the curves of the Caucasus-, here comes at last Mestia and its mysterious towers.

Il y fait bon, le moral est de retour !

Cool weather, and high spirits are back !