Daniel et Chon

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront (René Char)


Poster un commentaire

Couchsurfing avec Blazenka /with Blazenka

Visiter des monuments, c’est très bien, rencontrer des « vrais gens », c’est encore mieux. Ce que nous essayons de faire en utilisant Le réseau Couchsurfing

Budva est LA station chic du Monténégro. Sa vieille ville dans les remparts mérite le détour, mais la succession  de restaurants, magasins de fringues de luxe, bijouterie, souvenirs, ressemble à celle de toutes les autres villes touristiques du monde. Seuls les souvenirs changent ! (photo http://www.talas-montenegro.com).

Visit monuments, that’s fine, meet « real people » is even better. What we are trying to do using the CouchSurfing network. Budva is THE chic resort of Montenegro. Its old town within walls is worth a look, but her restaurants, luxury clothes and jewelery shops, souvenirs stands, are like those you’d find in any other tourist city. Only the souvenirs change ! (Photo http://www.talas-montenegro.com)

Old-town-Budva

Mais il existe une autre Budva, celle des monténégrins. C’est ainsi que nous avons rencontré via Couchsurfing Blazenka, sa soeur Sanya et leurs charmantes filles. Blazenka habite dans un quartier en retrait de la ville touristique, dans un modeste appartement, genre HLM yougoslave, à coté duquel sont en train de sortir  plusieurs immeubles assez chics.

But there is another Budva, the Montenegrin one. Thus we met through Couchsurfing Blazenka, Sanya her sister and their lovely daughters. Blazenka lives in a neighborhood off the tourist city, in a modest apartment, dating back the Yugoslav time, next to which are coming out several rather fancy buildings.

immeuble               balcon

Blazenka est en retraite après 35 ans dans un cabinet d’architecte et vit avec sa maigre pension de 200 € par mois. Le salaire moyen au Monténégro est d’environ 300/400 € et à part les nouveaux riches corrompus, la population ne vit qu’avec ces pauvres salaires, les solidarités familiales, notamment le soutien des émigrés et souvent, en exerçant souvent un deuxième boulot. (décidément, la ressemblance avec le Liban nous poursuit !)

Blazenka has retired after 35 years in an architectural firm and lives with her
meager pension of 200€ per month.The average salary in Montenegro is around
300/400€ and except for the corrupt new rich, the population lives on only
these poor wages, family solidarity , including support from the emigrants and
often by having a second job. (Really, the resemblance with Lebanon pursues us !)

Notre amie a deux passions, Réa sa petite fille de 3 ans et la petite maison qu’elle retape dans la montagne. Pour elle, voyager à l’étranger est impossible financièrement et accueillir des couchsurfeurs est une autre façon de s’ouvrir au monde.

Our friend has two passions Rea her 3 year old grand daughter and the little house
she repairs in the mountain. For her, traveling abroad is financially impossible
and hosting couchsurfers is another way to meet to the world.

Nous avons donc passé 3 jours en sa compagnie, discutant du quotidien des gens, visitant Budva,  Tivat et Petrovac, cuisinant avec sa soeur, avec un oeil sur la télé qui passait… Coco, le film de Gad El Maleh, en VO sous-titré en Serbe ! Blazenka et sa famille étaient aux  petits soins pour nous, nous faisant partager leur quotidien avec tant de naturel qu’on était tout émus…et presque gênés !

We spent three days with her , discussing about daily life, visiting Budva, Tivat,  Petrovac , cooking with her sister , with one eye on the TV and watching … Coco, the film with Gad El Maleh , in French, with Serbian  subtitles ! Blazenka and her family could not do enough to please us, making us share their lives so naturally we were really  moved … and almost embarrassed !

les trois

Le troisième jour nous sommes montés avec elle dans son village de Gornji Brčeli. Ne le cherchez pas  sur une carte : il compte à demeure une vieille dame, deux moines qui tiennent le  petit monastère et un paysan qui vient régulièrement s’occuper de ses vignes, de ses chèvres et de ses ruches. Pendant les beaux jours 4 ou 5 familles viennent y prendre le frais, et Blazenka, bien sûr !

The third day we drove with her to her village of Gornji Brceli . Do not try to find it on a map :  only an old lady, two monks who run the small monastery and a peasant who comes regularly to care for his vines, his goats and beehives, live there all year round.. During the warm season 4 or 5 families come in search of cool air, and Blazenka , of course !

brceli2

Le tremblement de terre de 1978 a gravement endommagé les maisons et notamment sa maison de famille. Aussi s’est-elle lancé dans l’amélioration d’une cabane au milieu des bois, au dessus de la vallée.

The 1978 earthquake severely damaged houses including her family home. That is why she started  improving a cabin in the woods above the valley.

brceli              cabane

Dans cet endroit improbable, elle se ressource au milieu de la nature et des chants des oiseaux. Cette soirée dans ce bout du monde restera un moment inoubliable de notre voyage, d’autant plus qu’il y a plu des cordes toute la nuit sur le toit du camping car !

In this unlikely place, she lives in the middle of nature. That evening in this end-of-the-world place will remain as an unforgettable moment of our trip , especially since there has been raining all night on the roof of the motorhome !

brceli3

 

 

Publicités


1 commentaire

Le monastère d’Ostrog / Ostrog monastery

 

Un million de personnes  viennent chaque année à Ostrog. C’est le lieu de pèlerinage le plus fréquenté du Monténégro. Pour s’y rendre depuis la côte, on rejoint d’abord la capitale, Podgorica. Pour cela, on a le choix entre la route de montagne depuis Petrovac ou le tunnel (5km) qui prend un peu plus bas vers Bar. Cette option qui coûte 5€ est plus confortable. Une fois à Podgorica, direction Danilovgrad à 20 km puis encore 20 km d’une longue et sinueuse route de montagne -très bonne, très large et 500 virages en épingle à cheveux en direction le monastère. Cela semble interminable.

A million people come each year to Ostrog . It is the place of the most
popular pilgrimage in Montenegro. To get there from the coast, first reach
the capital, Podgorica. For that, one has the choice between the mountain
road from Petrovac or  a tunnel (5km) that starts a bit lower on the coast
towards Bar. This option costs € 5 and is more comfortable. Once in Podgorica
turn towards Danilovgrad 20 km away  and take another 20km long mountain road,
and 500 turns later you will see the monastery. Good road but it seems endless.

ostrog

Construit dans un renfoncement au-dessus de la vallée, il fait penser aux monastères tibétains. Ce monastère de l’Église orthodoxe serbe est totalement imbriqué dans une falaise du mont Ostrog. L’édifice est dédié à Saint-Basile d’Ostrog dont des reliques sont conservées dans une chapelle du XVIIᵉ siècle. remarquable par son emplacement, il l’est aussi pour ses fresques et mosaïques à même la roche.

Built in a recess above the valley, it looks like some Tibetan monastery.
This monastery of the Serbian Orthodox Church is totally embedded in the
cliff of Mount Ostrog. The building is dedicated to St. Basil of Ostrog
whose relics are kept in a XVIIth century chapel. Remarkable for its
location, it is alsofamous for its frescoes and mosaics on the mountain rocks.

ostrog2

ostrog3

En redescendant vers la mer, nous nous sommes arrêtés à Virpazar, petit village aux portes du parc national du lac Skadar. Une étape rapide pour quelques photos et nous donner envie d’en faire plus : nous réservons la visite du lac à la semaine prochaine, quand nous serons du côté albanais.

Going back down towards the sea, we stopped at Virpazar, a small village,
gate to Skadar Lake National Park. A quick stop for some pictures just to make
us want to do more : we reserve the visit of the lake next week , when we are
on the Albanian side.

skadar3.JPG

skader3.JPG      skadar2.JPG

 

 

 

 

 


Poster un commentaire

La côte du Monténégro / along the coast

Depuis 10 jours, nous nous baladons sur la côte, depuis Herceg Novi à la frontière croate, jusqu’à Ulcinj près de l’Albanie.

The last 10 days we have been back and forth along the coast, from Herceg Novi to Ulcinj, near Albania.

Alors qu’en Croatie, il y a une bande côtière avant d’attaquer la montagne, au Monténégro elles tombent directement dans la mer.  Cela rend la côte très spectaculaire, comme  à Perast dans les bouches de Kotor (photo wikimedia).

Where as in Croatia, there is a strip of lowlands before the mountains, in Montenegro, they fall dramatically into the sea, as in Perats in the mouths of Kotor (photo wikimedia).

perast

Ici pas de place  pour un chemin des douaniers ! les villes et villages se développent dans les moindres creux, souvent devant une plage. Une folie immobilière a saisi le pays dans les années 2000 et de nombreux hôtels ont poussé jusque sur le bord de mer.  Vues de la route côtière à flanc de montagne, on a l’impression de villes d’immeubles sans intérêt. Il faut descendre tout au bord pour découvrir le charme des vieilles villes fortifiées comme celle de Budva (la « petite Dubrovnik ») ou la promenade sur le petit port de Petrovac. Ces petits bijoux voisinent avec des complexes touristiques plus ou moins luxueux et des marinas où trônent d’énormes yachts russes, saoudiens… et autres du même genre. Tout cela nous rappelle étrangement le Liban.

Here no room for a path along the coast ! Towns and villages are settled at the foot of the hills, often in front of a beach. A real estate craze bloomed in the 2000’s and many hotels have been built as close as possible to the sea line. From the coastal road above the towns, they look like   a maze of buildings of no interest. One has to go down to discover the charm of old fortified cities like Budva (the little Dubrovnik),  or the promenade on Petrovac little harbour. These jewels have as neighbours some tourist resorts and marinas with Saudi or Russian maxi yachts. It reminds us of Lebanon.

petrovac

Les routes sont tout à fait correctes et si la moyenne est plutôt de 50 km/h, c’est surtout parce que les monténégrins roulent très lentement et qu’il est difficile de doubler avec tous les virages !

Roads are allright and if your speed will be around 50km/h, it is due to the fact that the locals drive very slowly and to the numerous curves !

Les plages sont quand même décevantes : faites de galets ou de gravier, éventuellement de gros sable, elles sont visiblement organisées pour le tourisme de masse, avec parasols, chaises longues et restaurants. En mars, tout ceci est rangé, en attendant la saison et les milliers de touristes, notamment russes qui les envahiront en été. D’ailleurs ceux-ci ont déjà bien investi le littoral, comme en témoignent les gros 4X4 russes stationnés devant des villas chics.

Beaches are quite a deception : made of pebbles or gravel, or rough sand, they are organized for mass tourism, with deck chairs, umbrellas, and restaurants. In march, all this is put away, waiting for the season and the thousands of tourists, of which many Russians. As a matter of fact, they have invested the coast already, if we judge from the huge 4X4 Russian cars  parked in front of many luxury villas.

Mais il y a encore quelques petits coins de paradis  comme  la crique d’Utjeha et son camping sous les oliviers juste avant Ulcinj.

But there are still some paradise spots, as the little cove of Utjeha and its campground under the olive trees.

utjeha

Et la vie est très tranquille : on se sent en parfaite sécurité lorsqu’on arrête le camping car sur un parking discret en ville pour y dormir.D’ailleurs, les monténégrins que nous avons rencontrés(commerçants, serveurs, passant etc.) se sont toujours montrés très aimables, serviables et accueillants.

Life here is quiet : we feel very safe when parking the motorhome for the night in a discreet car park in towns. All the people we have met are very nice, helpful and welcoming.


Poster un commentaire

La Yougoslavie existe, je l’ai rencontrée / Yugoslavia is alive, I met it !

Les gens expriment beaucoup d’amertume plus de 15 ans après la fin des guerres de Bosnie et du Kosovo. Cependant, la Yougoslavie continue à exister au moins à travers une émission incroyable de téléréalité rassemblant dans un décor kitchissime des candidats venant de tous les pays de l’ex-Yougoslavie, de Slovénie à la Macédoine, avec même un serbe immigré à Paris. Et vous pouvez voter par téléphone pour le meilleur couple, de tous les pays des Balkans.

People express still a lot of bitterness  15 years after the end of the wars in Bosnia and Kosovo. Nevertheless, Yougoslavia keeps on at least through a very kitch reality show gathering candidates from every corner, from Slovenia to Makedonia, and even with a Serbian guy from Paris. And you can vote by phone from any country of the Balkans ! !

show 2  show1

show 3

 


Poster un commentaire

Stari Bar et le lac Šas, Montenegro

Après trois jours de farniente intégral, nous sommes allés visiter la vieille ville de Bar (Stari Bar). Sur un promontoire au dessus de la ville actuelle, c’est un ensemble de ruines très bucoliques, souvenir des époques illyriennes, byzantines, vénitiennes, ottomanes et monténégrines. Balade très agréable parmi les fleurs du printemps.

After 3 days of farniente, we went to visit the old town of Bar (Stari Bar). On the top of a hill above the modern city, it’s a mix of very bucolic ruins, dating from Illyrian, Byzantine, Venitian, Ottoman and Montenegrin times.  Very nice stroll  in the midst of the spring flowers.

bar3 bar1

bar4 Bar2

Bar5

Nous sommes ensuite allés à la recherche de la rive monténégrine du lac Skadar, partagé avec l’Albanie. D’ailleurs, autour d’Ulcinj, nous sommes en pays albanophone et les drapeaux albanais flottent dans les villages. Les routes dans la campagne sont très belles, mais on nous a déconseillé d’essayer de prendre la petite route qui longe le lac avec notre camping car.

Then we went for the Skadar lake, its montenegrin shore. the lake is shared with Albania and  even on this side, the villages fly the Albania flag. The country roads are beautiful, but sometimes too narrow for the moho.

sacko1.JPG

Du coup, on s’est rabattu sur un petit lac inconnu des guides touristiques, le lac  Šas (en Albanais : Liqeni i Shasit; en Montenegrin: Šasko Jezero). Une jolie découverte avec un restaurant sympa. L’occasion de prendre le soleil en regardant les oiseaux et en consommant de l’anguille grillée, avec une salade et un verre de Rakia (22 € pour nous deux).

So, we changed our mind and moved to a quite unknown small lake, Šas (Albanian : Liqeni i Shasit;  Montenegrin: Šasko Jezero). A nice discovery and a nice restaurant. Sun, good food (eel, salad and rakia for 22€ for two), and birds on the water.

sacko3

sacko5 sacko2

sacko4.JPG

oiseau1           oiseau2.JPG

Les routes monténégrines peuvent occasionner quelques surprises, comme un arbre tombé sur la route ou un troupeau bien nonchalant  …

The local roads may manage some surprises, like a fallen tree or a pacific flock…

arbre moutons

… avant le retour vers notre petit coin de paradis, la plage et le camping d’Utjeha, où nous sommes (presque) seuls au monde !

Before our return to our little paradise, the beach and campground of Utjeha, where we feel (almost)  alone on the earth !

utjeha

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


1 commentaire

De Kotor à Ulcinj, Monténégro

Les « bouches de Kotor » sont le seul fjord sur la Méditerranée, juste au sud de la frontière Croate. Une route sinueuse de 50 Km en fait le tour, jusqu’à Kotor. Il ne faisait pas bien beau mais quelques photos témoignent quand même de la beauté du lieu.

The « mouths of Kotor » are the only fjord in the Mediterranean, just south of the Croation border. A 50km long winding road leads to Kotor. The weather was bad but a few pictures show the beauty of the place.

vagues de montagne iles

ile clocher

Après un petit tour dans la ville de Kotor, et son mobilier urbain un peu sur-dimensionné, on a longé la côte vers le sud à la recherche d’un endroit pour se poser quelques jours, après cette semaine de route.

After a quick walk in Kotor and her quite oversized urban furniture, we followed the coast line looking for a place to settle for a few days, after one whole week of driving.

kotor2 nain

En passant, belle vue sur l’îlot de Sveti Stefan, privatisé par un hôtel de luxe.

Viewed from the side of the road, the islet of Sveti Stefan, now privatized as a posh hotel.

stefan

Finalement, 15km après Bar et sa cathédrale ( !!! ) un petit camping sous les oliviers pour quelques jours de repos bien mérités. Et bien sûr, nous sommes les seuls campeurs !

Eventually, 15km after Bar and her cathedral (!!!) , a small campground under the olive trees, (camping Oliva  N 42 00′ 37″ E 19 09′ 04″) for a few days of rest. And of course, we are the only campers.

cathedrale

oliviers oliviers2

Certains arbres ont environ 1000 ans !

Some of those trees are 1000 years old !


Poster un commentaire

Mostar (Мостар)

vue d'ensemble

Serbes contre Croates et Bosniaques (musulmans), puis Croates contre Bosniaques. Les photos de Mostar en 1995 nous rappellent Beyrouth en 1990 ou Alep aujourd’hui. Apparemment, ce sont surtout les quartiers musulmans des deux côtés de la rivière qui ont été pris au piège. Mais les choses sont sûrement plus compliquées (cf wikipedia) et les plaies sans doute pas encore pansées. D’ailleurs, en visitant la mosquée Karadozbeg (du 16ème siècle comme le pont) nous avons été accompagnés par un gardien qui nous a expliqué la reconstruction du monument. Au début, il affirmait que tout allait bien maintenant, mais dès qu’il a appris que nous avions vécu au Liban il a eu un air pensif et nous a dit « c’est pas facile, la paix ».

Serbs vs Croats and muslim Bosniaks, then Croats vs Bosniaks. Pictures of Mostar in 1995 remind us of 1990 Beyrouth and today’s Aleppo. It seems that it is the muslim part of the town which suffered most. But things must be more complicated, (cf wikipedia) and the scars are not healed yet. When we visited the Karadozbeg mosque, the warden started by saying that « everything was OK now », but when we told him we have lived in Lebanon he said, thoughtfully, «  Peace is not an easy thing ».

croix

Une photo en dit plus qu’un long discours : les collines sont Croates et catholiques, le centre historique est bosniaque et musulman …

A picture says it all : the hills are Croats, the historical center is Bosniak.

Aujourd’hui la vieille ville a été réhabilitée, les trous d’obus bouchés dans les murs, les toits reconstruits. Restent encore quelques stigmates de la folie des hommes dans la ville, mais le centre de Mostar est redevenu un joyau de l’architecture ottomane.

Today, the old city is rehabilitated, no more holes in the walls from the shellings and the roofs have been rebuilt. Still some damages from the madness of men are visible in the town, but the center is a jewel of Ottoman architecture as before the war.

DSC_0032.JPG lauzes

Rues pavées de galets, maisons de pierre coiffées d’énormes lauzes encadrent le fameux pont du 16ème siècle reconstruit à l’identique après sa destruction par l’artillerie croate en 1995.

Shingle paved streets, stone houses, heavy roofs of the same stone gather around the famous 16th century bridge, rebuilt after its destruction by the Croats’ artillery in 1995.

Une superbe reconstruction et le drôle de sentiment d’arpenter une ville médiévale… toute neuve. Le tourisme y est florissant et il fait bon se balader le matin, avant que n’arrivent les cars de japonais et d’allemands montés de Dubrovnik. Hier nous étions dimanche et c’était aussi une foule de familles locales qui profitaient du soleil pour flâner dans les petites rues des deux côtés de la rivière. Les restaurants en surplomb de l’eau étaient pleins et les boutiques de souvenirs (déclinaison du thème du vieux pont sous toutes ses formes, statuettes, magnets, cendriers, écharpes, assiettes, casquettes, cartes postales, tapis de souris… et artisanat indien) fonctionnaient à plein.

A superb recontruction and the weird feeling to stroll in a brand new… medieval town. Tourism is blooming and morning is the right time to walk around, before the buses of Japanese and Germans arrive from Dubrovnik. Yesterday was sunday and a crowd of local families was enjoying the sun in the little streets on both sides of the river. Restaurants were full and the souvenir shops were in full swing (everything one can imagine on the theme of the old bridge : statues, magnets, scarves, plates, caps, spoons,… and indian craftwork).

Bref, le charme opère et Mostar restera un beau moment de notre voyage. Déjeuner en terrasse avec le pont en fond d’écran est un vrai bonheur !

dos

Nevertheless, the charm works and Mostar will stay as a great moment of pleasure in this trip. Having lunch on a balcony overlooking the river and the old bridge was a real time of happiness !

chon sur le pont DSC_0038.JPG

descente DSC_0041

Nous avons quitté Mostar dans l’après-midi et roulé vers l’est à travers les montagnes de la « Republika Srpska », l’entité serbe de Bosnie, reconnaissable aux drapeaux serbes à l’entrée des rares villages. Paysages tristes de buissons et de rocailles. Nous sommes aujourd’hui au Monténégro.

We left Mostar in the afternoon and drove east through the  mountains of the « Republika Srpska », well identified by the Serbian flags at the entrance of the rare villages on the way. Sad landscapes of bushes and rocks. Today we are in Montenegro.