Daniel et Chon

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront (René Char)


Poster un commentaire

Ceux qui aiment le Cambodge prendront le train

Capture

De Bangkok, on n’a rien vu. On y a passé deux nuits très courtes, la première parce qu’on est arrivés à 1h du matin, la deuxième parce qu’on s’est levés à 4h30 et entre les deux on a essayé de se reposer du voyage et du décalage horaire.

Pourquoi 4h30 ? Parce qu’on devait être à la gare à 5h pour prendre le train pour le Cambodge. Il y a en effet un seul train pour la frontière et il part tôt pour un trajet de 5h. L’économie réalisée en passant par Bangkok quand on veut aller au Cambodge plutôt que d’atterrir à Phnom Penh est évidente. On a trouvé un vol Paris-Bangkok à 420€ et le train coûte 48 baths, soit environ 1,50 €. Ca vaut la peine de se lever tôt !

C’est donc une ballade ferroviaire que l’on vous propose avec ces quelques photos.

Le contrôleur a fière allure .

Inutile de trop prévoir de nourriture. On est servi à domicile.

Le paysage défile. Rizières, bananiers, cocotiers, une végétation luxuriante.

Alors que le train a traversé des kilomètres de bidonvilles tout contre la voie à la sortie de Bangkok, dans la campagne les petites gares sont souvent proprettes.

 

Il fait assez frais dans les wagons avec les vitres ouvertes mais vers midi, la chaleur arrive. heureusement, la ventilation est prévue.

Le terminus est à Aranyapratet, à sept kms de la frontière. Ce sera notre premier tuk-tuk du voyage, pour la rejoindre. On a réussi à s’entasser à six avec les bagages dans un seul engin, à peu près aussi grand qu’une cabine téléphonique ! Chacun a du payer 20 baths, soit 0.75 €.

Le passage de frontière s’est passé sans problème et nous avons pris un grand taxi, toujours à six (on s’était fait des amis catalans et suisses dans le train) pour Battambang. La route est en travaux et il nous a fallu 3 heures pour rejoindre confortablement la deuxième ville du Cambodge, avec quelques clichés sympas sur le trajet.

Bonzes en route pour la pagode avec leurs sacs de riz.

Une petite sieste après l’effort. (Non, non ce ne sont pas les jambes de Chon).

Pour nous, Battambang c’était aussi le moment du repos, après ce long périple, dans la maison d’hôtes de Annelyse et Sam et de leur petite Mony (merci D.B. pour le tuyau). Des gens adorables, et un petit coin de paradis dans la campagne au sud de la ville.

received_10211271033032639

cliché Laurent Massagio

Voyez plutôt.

 

Ici commencent (enfin) les VACANCES !


Poster un commentaire

Bon Chon 2019 !

Cette fois-ci, ça y est : on est partis ! Après trente six heures de voyage depuis Limoges, nous nous sommes réveillés ce matin à l’auberge de jeunesse près de l’aéroport de Bangkok. Ayant quitté Limoges à 9h le 30 décembre, on est arrivés au dessus de Bangkok à minuit pile  le 31 et c’est bien la première fois que l’on voit des feux d’artifice depuis le ciel. Un peu partout dans la (très) grande ville, les thaïlandais fêtaient la nouvelle année. On se serait presque pris pour Thomas Pesquet.

On nous avait dit pis que pendre de l’escale à  l’aéroport de Pékin. On allait passer des heures dans des contrôles tatillons, nous perdre dans les couloirs, ne trouver personne pour nous renseigner… Comme prévu, très peu de chinois parlent anglais et quand ils le font c’est avec un accent incompréhensible, mais à part cela on a été très agréablement surpris par cet immense terminal 3.

Il ressemble à tous les grands aéroports modernes, avec son duty free identique à celui de JFK ou de Charles-de-Gaulle. Avec juste en plus des magasins entiers de pandas de toutes tailles à disposition.

Beaucoup de place, une bonne signalétique et bizarrement peu de monde dans ce qui est censé être un des plus grands aéroports du monde.  Rien de particulier à en dire, sinon qu’il y faisait un froid de canard. La conséquence du -6° à l’extérieur ? Les sept heures d’attente après le vol de dix heures Paris-Pékin et avant le vol de cinq heures pour Bangkok nous ont quand même semblé bien longues . On a eu tout le loisir de découvrir les lieux et de repérer un panneau intéressant sur la porte des toilettes à la Turque. Sans doute un message subliminal à l’attention de nos articulations !

Prenez le temps de vous lever

Quant à notre première vision de Bangkok, elle nous permet de vous souhaiter une belle année 2019 de la part de Chon.