Daniel et Chon

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront (René Char)


Poster un commentaire

11 déc : merci les Marrakchis

Aujourd’hui dernier jour sur place, demain, route vers Tanger !

En attendant, une photo de notre dernier petit déj’ au camping où le luxe consiste à inviter les copines !

janine

On vient de passer 15 jours dans « notre » Marrakech, que l’on a retrouvée après 4 ans d’infidélité. Bien sûr elle s’est  énormément développée dans tous les sens et on s’est perdus dans les nouveaux quartiers, notamment derrière Douar Koudiat. Et cet horrible « carré Eden »  en lieu et place du marché du Gueliz.

Mais ce qui n’a pas changé c’est bien sûr la médina, et surtout, surtout, nos amis qui nous ont accueillis comme si on était partis hier.

Un immense merci à (dans le désordre)  Lalla Fatima,  Habib, Bahija, Michèle la motarde de Dijon, Rachid, Janine,  Abderramane, Jacqueline, Mohamed, Sophia, Kamel, Mounia et bien sûr Farid, Abderrahim, Nourredine, Jilali, Abdelillah et Kamal. On vous embrasse tous.

Nos excuses à ceux qu’on n’a pas eu le temps de revoir. Ce sera pour la prochaine fois, inch’Allah.

Et pour finir la journée, et ce chapitre, le dernier couscous avant l’autoroute.

couscous

 

 


Poster un commentaire

10 déc : opération Epices

Dans deux jours, on prend le chemin du retour. Un voyage au Maroc sans achat d’épices, ce n’est pas un voyage réussi.

Aujourd’hui, opération Epices : le commando Chon / Bahija en service commandé à Massira chez le fournisseur attitré des Idrissi, dans sa boutique entre un marchand de bassines et de balais et un vendeur de pneus !

336503.ori

Voici le butin de la journée :

  • 500 g de cannelle en poudre, et difficulté à évaluer le poids de la cannelle en bâton : on est arrivé à environ 250 g.
  • 300 g de cumin
  • 300 g de gingembre, choisi en racines séchées, et moulu sur place
  • 500g de curcuma. Comme pour le gingembre, moulu sur place. Ne jamais acheter en poudre pour éviter des ajouts de colorants.
  • 300 g de ras el hanout. Après avoir tâté, vérifié qu’il y avait bien dans le mélange du poivre de Sichouan, de l’anis étoilé, de la cardamone et autres cannelle en baton, il a été conclu par les deux expertes qu’il manquait un peu de kaakala ! Donc, résultat  : 250 de ras el hanout, 50 g de Kaakala, bien mélangé, ensuite moulu dans un appareil « spécial ras el hanout » pour le moudre plus lentement que les autres épices.
  • 250 g de paprika fort
  • 100 g de paprika doux
  • 100 g d’anis « beldi » en grain ( pas le même que le normal, on rigole pas avec ces choses là  !)
  • Quant au safran, il avait été commandé en amont par Bahija à une dame qui partait à Taliouine au moment de la récolte.

Maintenant, il faut ranger tout cela dans la soute avant d’y remettre les vélos !

soute


Poster un commentaire

6 déc : le tagine de Sidi Kaouki

Sidi Kaouki, à 25 km au sud d’Essaouira, n’a miraculeusement pas changé. Quelques petits restos et boutiques de surf au pied du marabout, deux chameaux, des quads et des parasols qui attendent le client sur l’immense plage, mais en cette période, à part quelque surfeurs désoeuvrés (pas de vent aujourd’hui, et peu de vagues) on était très tranquilles.

Jpeg

L’occasion pour H de nous concocter son tagine de poisson. Bon on était un peu à l’étroit dans la « cuisine » mais on avait toute la plage comme salle à manger.

Jpeg

Jpeg


Poster un commentaire

3 déc : recette des sardines à la Essaouira

Il y a les repas qu’on mange chez soi et ceux qu’on commande au restaurant. Et puis il y a aussi une autre solution : achetez 45 ou 50 sardines toutes fraiches à des pécheurs (25 Dhs). Ca devrait suffire pour 4 personnes. En passant munissez-vous de quelques tomates, d’une petite laitue, d’olives, de citrons et de quelques oignons. N’oubliez pas le pain et l’eau minérale.

essaouira-marchand-poisson-grillé-925x465

Portez vos sardines au « restau », ou plutôt au gars qui pilote le brasero. Cuire les sardines vous coûtera 5 dhs par grille. Comptez 3 grilles.

sardines.JPG

cuisine

Le « chef » est débordé par ses grillades et n’a pas le temps de préparer la salade ? Pas de problème: investissez la cuisine et préparez la vous-même.

 

 

 

 

 

Et ensuite rien de tel qu’une ballade sur la plage pour digérer.

plage

et un bon bain au coucher du soleil : Incroyable, H. l’a fait !

baigneur 2

Une belle journée comme celle-là se termine parfaitement avec une bonne harira et des msemmen !

harira

 

 


Poster un commentaire

2 déc : prêts pour le tapis rouge

festival

Ca y est, on a nos accréditations pour le Festival du film de Marrakech. On a du faire deux fois la queue, car il y en a une pour les femmes (rapide) et une pour les hommes (grrrr…)

On n’a pas encore rencontré Coppola, mais cela ne saurait tarder.

cartes.JPG

Cette après-midi, opération cartes postales, avant un thé chez Lalla F. qui nous attendait de pied ferme.

On y a fait deux heureuses.

tablettes


Poster un commentaire

30 nov : Khobiza + Tanjia = Zaatar

Pour marquer notre arrivée, nos amis H. et B. nous avaient préparé un repas « léger », une salade de mauve (khobiza) suivie d’une tanjia. Le top du top de la cuisine familiale marrakchie. En principe la tanjia (recette) se cuit dans le four du hammam dans une jarre spéciale pendant des heures, et c’est une affaire d’hommes, mais maintenant les cuisinières comme B. le font aussi à la cocotte minute.

tanjia

Et la khobiza (un peu comme des feuilles de géranium sauvage) est un petit clin d’oeil à nos petits plaisirs gastronomiques marocains. Merci B. !

khobiza

C’est délicieux, sauf que ce n’est pas ce qu’il y a de plus léger, avec les quatre cuillères d’huile d’olive dans la khobiza et le beurre dans la tanjia.

Résultat : le soir un yaourt, une infusion de thym (Zaatar) et au lit !