Daniel et Chon

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront (René Char)


Poster un commentaire

29 nov : les mille et un virages du Tichka

Le Tizi’n’Tichka, le col entre Ouarzazate et Marrakech n’a pas changé en 20 ans. Toujours aussi raide avec ses centaines de virages. On monte, on monte, et on replonge dans la descente entre ravins et camions enfumés peinant à 20 à l’heure.

tichka-2012-10-03

Du nouveau tout de même, versant nord des travaux dantestes sont en train d’être menés pour élargir la route et adoucir les virages. Des engins monstrueux attaquent la roche, ouvrent des brèches dans les parois. Impressionnant. Il faut se faufiler dans le chantier. Cet hiver, avec la boue et la neige, cela risque d’être sportif !

29 nov Taddert 2

Et puis, il y a Taddert. Le premier vrai village dans la descente où tout le monde s’arrête pour souffler. les kanouns fument devant les restos, les bouchers sont prêts à vous vendre la viande hachée ou les côtelettes à faire cuire dans la gargote d’à côté. Les cars et les poids lourds se garent comme ils peuvent au milieu des boutiques.

29 nov taddert 3  29 nov taddert 1

Ne vous fiez pas à la pancarte de gite, tout le monde est bien vivant. C’est un vrai spectacle.

Une ambiance qu’on retrouve avec plaisir, 20 ans après  : rien n’a changé : c’est un peu cra cra, c’est pas bien beau, il fait froid, ça sent le gas oil, mais il y a un air de bout du monde berbère qu’on adore. Et un p’tit tagine à 30 dhs vous fait oublier la route.

Ce soir nous sommes au camping Relais de Marrakech (N31° 42.408′ W07°59.407′), pratiquement vide mais cela nous va bien. On a jeté un oeil au camping Ferdaous d’abord, mais y’a pas photo. Le Ferdaous est une sorte d’immense parking clos au bord de la route de Casa : sans intérêt. Le Relais est nickel, près du club Sangho juste après le pont sur le Tensift quand on vient de Marrakech.

Et nous avons commencé à appeler nos copains marrackchis. Il va falloir du temps pour voir tout le monde !


Poster un commentaire

24 nov : le pied sous les palmiers

La palmeraie est un écosystème formidable.

24 nov tissirt 6.JPG  24 nov tissirt 3

Le travail minutieux des jardiniers pour irriguer parcelle par parcelle à partir des seguias qui coulent sous les palmiers, les bonjour qui fusent des gens souriants qui travaillent à la récolte des dattes ou que l’on croise sur la piste, les explosions de lumière des feuilles d’automne des grenadiers, les pointes noires des olives dans l’ombre, les grappes jaunes ou brunes des dattes, le chant des oiseaux, on ne s’en lasse pas.

24 nov tissirt 7  24 nov tissirt 8

On se dit que rien n’a changé depuis mille ans (sauf peut-être l’arrivée des téléphones portables).

24 nov tissirt 2   24 nov tissirt 1


Poster un commentaire

23 nov : palmeraies, argile verte et blanc d’oeuf

Nous voici dans la grande palmeraie du Tafilalet, entre Er Rachidia et Erfoud, dans le charmant camping de Tissirt. On prévoit d’y passer une petite semaine, inch’ allah.

24 nov tissirt 4

Première ballade dans la palmeraie : résultat : Daniel s’explose en vélo et rentre en poussant son engin : une belle entorse au niveau du poignet.

24 nov tissirt 5

Heureusement, Ali, l’adorable homme à tout faire du camping, a pris les choses en main : emplâtre d’argile verte, blanc d’oeuf et sel et un bandage bien serré. Et surtout pour avoir la baraka, un dirham pour le soignant (c’est la tradition). le lendemain matin, la main a un peu dégonflée, est déjà moins douloureuse. Ali remplace l’argile par du henné. C’est encore un peu douloureux mais ça va déjà mieux (Daniel peut taper sur l’ordi avec les deux mains !)


Poster un commentaire

22 nov : p’tit dèj’ d’anniversaire

Dans les gorges du Ziz…

Il parait qu’il neige en Auvergne.

500

Camping « Hôtel jurassique »  quelques kms après le « Tunnel du légionnaire » (quel légionnaire ??)  (32°09.252’N 04°29.40’W, 50Dhs la nuit). Un tyrannosaure en boue séchée de 3 m de haut trône à l’entrée…

Et ce soir nous sommes à Tissirt, dans la grande palmeraie du Tafilalet

tissirt

Camping Tissirt, 30 km au sud d’Er Rachidia sur le route d’Erfoud (31°47.08’N 04°13.82W). Encore un petit paradis, sous les palmiers cette fois-ci.

 


Poster un commentaire

19 et 20 nov : sous les cerisiers d’Azrou

Le petit camping Amazigh à 5 km au nord d’Azrou sur la route d’Ifrane (N 33°26.957′ W 05°10.218) est un petit paradis dans un verger de cerisiers. Ils sont aujourd’hui encore parés de leurs feuilles d’automne. C’est magnifique et l’accueil de Hassan est  là pour nous faire nous sentir chez nous, d’autant plus que nous sommes les seuls !

cerisiers

On vient d’y passer 2 jours de farniente, de lectures, de siestes dans le hamac, avec juste une escapade dans la forêt de cèdres entre Azrou et Ifrane par la petite route qui passe par Ras el Ma.

20 nov 4  20 nov 6

c’est un endroit magnifique, où les cèdres sont 10 fois plus nombreux qu’au Liban et qui a un autre intérêt…il y a plein de SINGES !

20 nov 1  20 nov 7

20 nov 3.JPG  20 nov 2

Voyage réussi ! Daniel est passé chez le coiffeur et Chon a vu des singes !!!

Et puis, 277 DHs (25 €) pour 3 nuits et 100 DHs pour des truites aux morilles livrées sur un plateau au camping car, que demander de plus ?

 

PS spéciale dédicace pour André : ton écharpe avance.

 


Poster un commentaire

18 nov : du Rif au Moyen Atlas

De Chaouen à Azrou, une journée de route. La première partie, jusqu’à Ouezzane est très jolie : on navigue dans des gorges.

A partir de Ouezzane, un long parcours dans des paysages arides, terre noires et route assez dégradée. C’est vraiment un parcours de liaison sans intérêt autre que celui de nous faire avancer vers le sud.

A partir de Moulay Idriss, on retrouve les collines et arrivée au camping Amazigh entre Azrou et Ifrane : un petit paradis sous les cerisiers d’automne.


Poster un commentaire

17 nov : Chaouen, 50 nuances de bleu

17nov3   17nov6

P1020457

Chaouen , charmante petite ville à flanc de colline dans le Rif, a une médina toute bleue, qui n’a rien à envier aux îles grecques. Du bleu clair au bleu indigo, toutes les nuances s’y retrouvent sur les murs, les portes, les sols ! La vie s’y écoule tranquille et paisible (le kif y est peut-être pour quelque chose)!

P1020456.JPG

Lors de ses voyages, Daniel se livre à une occupation sans laquelle il ne se sent pas totalement immergé : aller chez le coiffeur dans ce qui doit ressembler à une échoppe de barbier du 19ème ou début 20ème siècle ! Le voici dans ses oeuvres et le résultat est à la hauteur de ses espérances !!!! Après quoi un repos bien mérité s’impose au camping !

17nov9     P1020429

Camping Azilan, sur les hauteurs de Chaouen : très calme en cette saison, et de la place sous les pins. (35°10,518′ 5°15,15’W). Tout à fait correct, même s’il n’y a pas de possibilité de vider les eaux grises.

Mais une belle grimpette pour y revenir à pied depuis la médina.


Poster un commentaire

15 nov : Tétouan

Hier, après avoir appris les événements de la nuit à Paris, on n’avait pas le cœur à jouer aux bloggueurs… On a du se forcer pour se décrocher des infos.

A Séville, il y a deux jours, découverte de l’Alcazar : une merveille de l’art islamique, à l’égal des plus beaux palais et médersas marocains. On avait juste oublié l’appareil photo.

Hier, parcours de liaison et traversée d’Algésiras à Tanger Med et installation au camping de Martil (35°37.734 N 5°16.663W, 70 dhs) .

Il y a 40 ans (souvenir, souvenir ! ), lors de mon premier voyage au Maroc, le camping allait jusqu’à la plage. Aujourd’hui il est réduit à la portion congrue, pour faire la place à la ville nouvelle et à sa grande corniche. On se croirait quelque part entre Copacabana et Agadir. Mais ce n’est pas laid, les marocains ayant de vrais projets urbanistiques. Cette nouvelle ville blanche et bleue est agréable, en ce dimanche où les familles déambulent le long de la plage.

Tétouan est à 10km de Martil , et c’est en vélo qu’on l’a rejointe. Très jolie médina toute blanche, et le sentiment d’être arrivés !

15novTetouan1   15novtetouan3

15novtetouan2


Poster un commentaire

12 nov : pique nique sous les oliviers

Pour rejoindre Séville, on a pris le chemin des écoliers.

12novoliviers4    12novoliviers2

Un beau pique nique au soleil sous les oliviers d’Andalousie, au milieu des orangeraies, et la visite surprise d’un berger et de ses chèvres.

12novoliviers1    12novoliviers3

L’occasion de partager un verre de Bordeaux !

Et ce soir, nous sommes à Séville sur un parking coincé entre la gare et une avenue très passante (N37.391949° W5.973387 ° 19.50€). Pas terrible mais en centre-ville.