Daniel et Chon

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront (René Char)

Sur la route de Cap Breton

Poster un commentaire

Comme on aime bien les bouts du monde, après la Gaspésie, la grande île de Cap Breton nous semblait la destination idéale. Et puis, bien sûr, ,le nom nous faisait rêver.

Quittant Percé et la gentillesse de Morgane, on a donc longé la côte sud de la Gaspésie, le long de la Baie des Chaleurs. Cartier l’avait baptisée ainsi pour la température de l’eau, mais on n’a pas vérifié.

Notre première étape a été pour Bonaventure, village qui héberge le Musée des Acadiens au Québec. Au delà de l’expo permanente qui rappelle l’expulsion des français de leurs terres devenues Nouveau-Brunswick et Nouvelle-Ecosse, une expo temporaire valait son pesant de cacahuètes : un parallèle entre la religion catholique et la religion… du hockey au Québec. C’est vrai que la comparaison tient la route : des lieux de culte, des grands messes, des officiants, une foi partagée, des héros en odeur de sainteté, bref tout ce qu’il faut pour fonder une Eglise. Quant au titre de l’expo, il fallait oser :

Au fond de la baie, un grand pont métallique sur la rivière ; Côté québécois, on est sur le site de la réserve Micmac de Lestuguj, de l’autre on est au Nouveau Brunswick.

C’est ici qu’en 1981 les incidents violents de la « guerre du saumon » ont eu lieu entre les autochtones et cinq cents policiers québécois.

Les 11 et 20 juin 1981, la Sûreté du Québec a mené des rafles dans la réserve. En cause : les droits ancestraux de pêche au saumon des Micmacs.

Les restrictions que le gouvernement québécois tentait d’imposer sur cette pêche, source d’alimentation et de revenus pour les Micmacs, ont soulevé colère et consternation, et finalement les gouvernements québécois et canadien ont dû faire machine arrière devant la mobilisation des média et des organisations de droits de l’homme. Un film a été tourné sur cet évènement, à voir  en entier ici.

A lire également Taqawan, un excellent roman d’Eric Plamondon, qui évoque ces événements et démarre sur le fameux pont.

Les « indiens » avaient déjà perdu leurs territoires au bénéfice des chantiers forestiers, de l’exploitation minière, des grands barrages, sans oublier les confiscations de certaines rivières au profit de clubs privés de pêche. Si l’on rajoute la sédentarisation et l’évangélisation forcées, rien ne leur a été épargné ! Et voilà qu’on les traitait de braconniers sur leur propre rivière !

Il faut quand même rajouter qu’aujourd’hui les choses semblent avoir réellement évolué.

Une fois passé le pont, surprise, nous sommes en Acadie !

Drapeaux tricolores au vent, marqués d’une étoile jaune, poteaux électriques peints en bleu-blanc-rouge, étoiles peintes sur les maisons, municipalités francophones, la rive sud de la baie des Chaleurs est acadienne à 100%.

Résultats de recherche d'images pour « acadie peninsule »

En fait le Nouveau-Brunswick est la seule province officiellement bilingue du Canada, avec au total 35 % de francophones. Au delà de la « péninsule acadienne », face à la Gaspésie, on trouve des villages acadiens disséminés sur la côte jusqu’en Nouvelle-Ecosse plus au sud. Ca fait bizarre de trouver tous ces drapeaux tricolores en terre américaine.

https://i0.wp.com/www.cerfniagara.com/cerf-ferc/wp-content/uploads/2017/08/Acadie.jpg

Il s’agit de communautés qui avaient été chassées manu militari par les soldats anglais à partir de 1755 et qui sont de retour de leur exil québécois, français, terre-neuvas ou louisianais et revendiquent haut et fort leur identité.

Mais pour nous le Nouveau-Brunswick est pour le moment une longue route monotone entre des forêts de sapin, direction la Nouvelle-Ecosse.

Quelques panneaux indicateurs sont assez mystérieux *.

On se réserve le Nouveau-Brunswick pour le retour. On s’est juste offert une nuit en bord de mer au Cap Pelé – village acadien- pour un coucher de soleil magnifique.

La Nouvelle-Ecosse a aussi été une surprise, car elle mérite bien son nom. ici, les gens s’appellent MacDonald, MacGuiness, MacLella, MacEarchenn, MacNeil, Mac Isaac et autres Mac. Les villes et villages s’appellent New Glasgow, Inverness, Strathlorne, Glendale, et les panneaux sont en bilingue. Tout cela fleure bon les Highlands. Même l’accent est d’origine !

Notre objectif était donc l’île de Cap Breton, tout à l’est de la Nouvelle-Ecosse. Une bien longue route depuis Percé. Mille kms et trois jours plus tard, nous passons le pont qui relie l’île au reste de la province et nous atterrissons au joli village de Baddeck et son port sur le grand lac central de « Bras d’or » (c’est son nom).

 

Il nous faudra encore trois heures de route entre mer, lacs et forêt sur la magnifique « Cabot trail », côté est de l’île, pour monter tout au nord sur la côte sauvage de Meat Cove.

Et là, nous avons trouvé, grâce à ioverlander, un endroit incroyable !

A cent cinquante mètres au dessus de la falaise, face à la mer, sur un cap, loin de tout, une plate forme en ciment de cent mètres carrés a été construite pour un ancien phare -disparu-. Ou était-ce pour une batterie de mitrailleuses de la seconde guerre mondiale, pour surveiller les sous-marins allemands qui s’aventuraient sur les côtes ?

Toujours est-il que cet endroit extraordinaire valait bien les mille kms pour y accéder. C’était tellement exceptionnel qu’on y est resté trois jours complets, sans téléphone, sans internet. Juste nous et la mer, avec couchers de soleil à main gauche, et levers à main droite. On se serait cru sur une île déserte.

Le bois mort ne manquait pas et on a pu jouer les Robinsons pendant les trois jours.

Et on n’était pas au bout de nos surprises… Tout d’un coup, depuis la piste en surplomb de la plate-forme, on a été interpellés non pas par Vendredi mais par un jeune couple brandissant un grand Gwenn-ha-Du ! Sur l’antenne du van, Daniel avait accroché un petit drapeau breton, et Julien et Emilie l’avaient repéré de loin ! On ne pouvait que les inviter sur notre petit coin de paradis et c’est ainsi que nous avons passé avec eux une superbe soirée.

Bretons du Morbihan (nul n’est parfait), ils vivent tous les deux à Montréal depuis trois ans. Emilie travaille dans une troupe de théâtre et Julien est graphiste.

Après des vacances aux îles de la Madeleine, eux aussi étaient venus jusque là à cause du nom de l’île. On a quand même dû leur révéler la vérité. On avait découvert que ce nom avait été donné par des… Basques, en l’honneur de la ville de Capbreton dans les Landes ! Il a fallu quelques bières pour oublier cette déception majeure pour nous quatre.

Et tout s’est terminé avec un coucher de soleil spécial Bzh.

PS : * Même les sigles sont bilingues au Nouveau-Brunswick : IPE/ÎPé veut dire Prince Edward Island / île du Prince Edouard

PPS : Pour la bière du jour, on n’a pas hésité : Une pression de la brasserie locale de Sydney, la « capitale » de Cap Breton.

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.