Daniel et Chon

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront (René Char)

Chiraz, ville des poètes / Shiraz, city of poets

2 Commentaires

 

« Je te salue, ô Chirâz, cité incomparable ! Que le ciel te protège de tout danger : j’adresse mille et mille louanges à ce pays que la lumière céleste a gratifié de tant de splendeurs… ô pèlerins de l’Amour, venez à Chirâz et l’Amour, si votre coeur l’implore, vous comblera de tous ses dons  » (Hâfez)

Pour les Iraniens, Chiraz est d’abord la ville des poètes et des jardins et nous avons pu le vérifier. En effet dans quelle autre ville au monde y-a-t-il un véritable pèlerinage autour des tombes des poètes locaux ?

For the Iranians, Shiraz is first of all the city of poets and gardens and we have been able to verify it. In what other city in the world is there a real pilgrimage around the graves of local poets?

Installés sous les arbres du parc Azadi (N29.629931, E52.542737), nous avons retrouvé Mitra, notre « apparition » d’Ispahan. La première chose qu’elle nous a fait découvrir… c’est la sépulture de Hafez. Ce poète né en 1213 est un monstre sacré de la poésie en Iran. Chaque famille possède le recueil de ses poésies -c’est le livre le plus vendu après le Coran- et chaque iranien peut en réciter quelques vers. Ses textes, entre profane et sacré, lui ont acquis un statut proche de celui d’un prophète.

Installed under the trees of the park Azadi (N35.74391, E51.31345), we met again Mitra, our « apparition » in Isfahan. The first thing she showed us was the tomb of Hafez. This poet born in 1213 is a star of poetry in Iran. Each family has a collection of poems – it is the most sold book after the Koran – and every Iranian can recite some verses. His texts, between profane and sacred, have acquired a status close to that of a prophet.

Son tombeau est exposé sous un petit pavillon à colonnes, dans un joli jardin. Des citations ornent le fronton du monument, un poème est gravé dans le marbre de la tombe et des hauts parleurs diffusent ses textes. Prendre une glace sous les frondaisons du petit café au fond du jardin c’est aussi profiter d’une douce musique sur laquelle sont chantées ses poésies.

His tomb is exposed under a small pavilion with columns, in a pretty garden. Quotations adorn the pediment of the monument, a poem is engraved in the marble of the tomb and loudspeakers spread its texts. Tohave an ice cream under the foliage of the small coffee at the bottom of the garden is also to enjoy a soft music on which are sung his poems.

Mais ce qui est le plus frappant, c’est la ferveur autour de ce personnage. Les Iraniens viennent toucher sa tombe, s’y prosternent presque, en murmurant des vers, en prononçant des voeux. On consulte aussi Hafez sur des questions personnelles : ouvrir au hasard son livre donnerait des réponses à ses propres interrogations en interprétant les paroles du poète.

But what is most striking is the fervor around this character. The Iranians come to touch his tomb, almost prostrate themselves, murmuring verses, pronouncing vows. They also consult Hafez on personal questions : to open at random his book would give answers to one’s own questions by interpreting the words of the poet.

Si Hafez n’a jamais quitté Chiraz, Saadi, l’autre grand poète de la ville, né autour de 1320, a été un grand voyageur.

If Hafez never left Shiraz, Saadi, the other great poet of the city, born around 1320, was a great traveler.

Il a vécu en derviche dans tout le Moyen-Orient, Irak, Palestine, Egypte, Syrie, péninsule arabique,  avant de revenir s’installer dans sa ville natale. Sa production est plus éclectique, poésie, textes en prose, ouvrages de morale et de philosophie. Les Iraniens y puisent de nombreuses sentences qui illustrent la vie quotidienne.

He lived as a dervish throughout the Middle East, Iraq, Palestine, Egypt, Syria, the Arabian Peninsula, before returning to his hometown. His production is more eclectic, poetry, prose texts, works of morals and philosophy. The Iranians draw from it many sentences that illustrate everyday life.

Le deuxième jour de notre séjour, c’est vers sa tombe que nous a conduit Mitra. Elle aussi est établie dans un très beau jardin et bénéficie d’un bâtiment plus important. On y a retrouvé la même ambiance qu’autour de Hafez. Seule différence, son mausolée n’est pas sur le circuit des groupes de touristes et on s’y sent plus au calme.

On the second day of our stay, Mitra drove us to his grave. It is also set in a beautiful garden and benefits from a larger building. It has the same atmosphere as around Hafez. The only difference is that its mausoleum is not on tourists tour and it feels more calm.

Le lendemain, c’était le tour de la tombe de Khajoo Kermani, un troisième poète chirazi. Elle est située, non pas dans un jardin, mais à l’entrée de la ville, au flanc d’une colline d’où descend une très belle chute d’eau. Il s’agit en fait de l’entrée historique de Chiraz quand on arrive du nord. Un arc de triomphe, qui s’y trouve encore, était un passage obligé pour les voyageurs. Il héberge au sommet un Coran très ancien et passer dessous était signe de bonne augure pour les caravanes qui quittaient la ville ou y pénétraient. La colline est aménagée en terrasses et il fait bon s’y promener à la fraîche. On y a une vue imprenable sur la ville. Là aussi un arrêt est obligatoire pour toucher la tombe du poète dont la statue domine la cité !

The next day was the turn of  Khajoo Kermani’s grave, a third Shirazi poet. It is located, not in a garden, but at the entrance of the town, on the side of a hill from which descends a beautiful waterfall. It is in fact the historical entrance to Shiraz when arriving from the north. A triumphal arch, which is still there, was an obligatory passage for travelers. It hosts at the top an ancient Koran and passing under it was a good sign for the caravans that left or entered the city. The hill is arranged in terraces and it is good to walk there in the evening. There is a breathtaking view of the city. Here also a stop is obligatory to touch the tomb of the poet whose statue dominates the town !

Trois jours, trois poètes ! Mais c’est incontournable quand vous êtes pris en charge par une chirazienne !

Three days, three poets ! But it is unavoidable when you are with a shirazi lady.

Mais il ne faudrait pas croire que Chiraz se résume à un voyage en poésie. C’est aussi la ville des jardins.

But Shiraz is not only a trip through poetry, it is also the city of gardens.

« Tes jardins sont nombreux, tes vergers sans limite, tes palais montent jusqu’aux cieux… » (Saadi)

Même si aujourd’hui ils sont moins nombreux qu’à l’époque, il en reste de magnifiques, comme celui d’Eram au nord de la ville. Chiraz est célèbre dans tout le pays pour ses cyprès et c’est vrai qu’ils sont splendides, tout comme ses palmiers -les premiers que nous voyons en Iran-.

Even though today they are less numerous than in Saadi’s time, there are still some magnificent ones, such as the one in Eram north of the city. Shiraz is famous all over the country for its cypress trees and it is true that they are splendid, as are its palm trees  – the first we saw in Iran-.

S’il n’y a pas de grande place emblématique comme à Ispahan, la ville renferme de beaux monuments, notamment de l’époque Zand, quand elle était la capitale du pays. La forteresse de briques du Shah Karim Khan, au centre de la ville est impressionnante, même si la cour intérieure n’a pas le charme des jardins que nous avons visités. Une étrange tour penchée fait penser à Pise.

If there is no large emblematic square as in Isfahan, the city contains beautiful monuments, especially of the Zand era, when it was the capital of the country. The brick fortress of Shah Karim Khan, in the center of the city is impressive, although the inner courtyard does not have the charm of the gardens we visited. A strange leaning tower reminds one of Pisa.

La mosquée Vakil est, elle, un havre de tranquillité au coeur de l’activité du bazar.

The Vakil mosque is a haven of tranquility at the heart of the bazaar’s activity.

Nous avons aussi passé une journée hors de la ville, dans la montagne, à une vingtaine de kms au nord. Le village de Ghalat a été détruit par un tremblement de terre, mais est devenu une destination de balades et de repos pour les Chirazis. On y vient pour des randonnées dans la montagne, mais aussi pour des pique-niques au bord du torrent ou pour les restaurants. C’est un lieu assez étrange entre éboulements, parkings improvisés, cafés et boutiques.

We also spent a day outside town, in the mountains, about twenty kms to the north. The village od Ghalat was destroyed by an earthquake, but became a destination for walks and rest for the Shirazis. They come here for hiking in the mountains, but also for picnics along the river or for restaurants. It is a rather strange place between abandonned buildings, improvised parking lots, cafes and shops.

Ce fut une très belle journée hors des sentiers battus, qui s’est bien sûr soldée par un bon repas, au restaurant Gilevaa, que nous recommandons fortement si vous passez par ici le week end.

It was a very nice day off the beaten track, which of course ended with a nice meal at the Gilevaa restaurant, which we highly recommend if you come around here over the weekend.

Et c’était un agréable répit avant « d’attaquer » le week end très spécial des cérémonies des fêtes de l’Achoura. Elles commémorent chaque année la mort d’Hussein, lors de la guerre de succession pour le titre d’imam qui fut le départ du schisme entre les Sunnites et les Chiites. Nous avons vécu ces cérémonies de très près avec nos amis chirazis. C’est sûrement le spectacle le plus incroyable que nous ayons vu ! On n’en est pas encore complètement remis !

And it was a pleasant pause before « facing » the very special weekend of the ceremonies of  Achura. They commemorate the death of Hussein during the war of succession for the title of Imam which was the beginning of the schism between the Sunnis and the Shiites. We lived these ceremonies very closely with our shirazi friends. This is surely the most incredible show we’ve seen! We have not yet completely recovered from it !

Et cela méritera bien entendu un billet très spécial !

And of course it will well deserve a special post on this blog !

2 réflexions sur “Chiraz, ville des poètes / Shiraz, city of poets

  1. difficile de lire les poèmes Je pense que la traduction ne rend pas le texte comme si on le lisait dans la langue d’origine

    Bons souvenirs

    J'aime

  2. Quel voyage !! Je suis épatée. Je vous embrasse et vous souhaite bonne continuation.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.