Daniel et Chon

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront (René Char)

Une apparition / an apparition

3 Commentaires

Ce billet est en fait une comédie en trois actes…

Premier acte :

Nous étions à Ispahan, dans le souk des bijoutiers à examiner (surtout Chon) les vitrines. Tout d’un coup, on est interpellé en français « Bonjour ! Bienvenue en Iran ! ». on se retourne et on fait la connaissance d’une dame d’un certain âge, élégante, bijoutée, parlant un français un peu suranné, bref, très BCBG ! Mitra (c’est son nom)- a été éduquée chez les sœurs, à l’école Jeanne d’Arc à Shiraz, à l’époque du Shah bien sûr, car aujourd’hui toutes les écoles chrétiennes sont fermées à double tour. Elle est de passage à Ispahan, adore parler français et bien entendu nous invite à Chiraz.

This post is actually a comedy in three acts …

First Act :

We were in Ispahan, in the souk of the jewelers to examine (especially Chon) the showcases. All of a sudden, we are stopped in French « Hello! Welcome to Iran! « . we turn around and get acquainted with an elegant lady of our age,  speaking a little outdated French, in short, a very parisian-like bourgeois person ! Mitra (that’s her name) – was educated at the « Joan of Ark » Sisters’ school  in Shiraz, at the time of the Shah of course, because today all the Christian schools are closed. She was passing through Isfahan, she loved to speak French and of course invited us to Shiraz.

On lui demande quelques infos sur des achats à faire, et notamment où acheter des « gaz », nougats à la pistache, spécialité de la ville. Après qu’elle nous ait demandé à quel hôtel on était et qu’on lui ait expliqué qu’on était basé sur un parking près d’un cinéma, on s’est quitté avec la promesse de se revoir à Chiraz, et l’adresse du « Borzeix » d’Ispahan (les limougeauds auront compris). Leurs gaz se révéleront excellents.

We asked her some information on where to buy a few things, and in particular where to buy « gaz« , nougats with pistachio, specialty of the city. After she asked us in what hotel we were and after we explained to her that we were based in our motorhome on a car park near a cinema, we left with the promise to meet again in Shiraz, and with the address of the equivalent of the « Borzeix » shop of Ispahan (limougeauds will have understood). Their gaz proved indeed to be excellent.

Acte deux :

le lendemain, encore émus par la visite de la mosquée Lotfollah sur la place de l’Imam, on a oublié le téléphone de Daniel sur un banc. Il faut imaginer qu’il y a des centaines de personnes sur cette grande place. Une demie heure plus tard, après des achats au bazar, on s’en rend compte, on court sur la place et évidemment plus rien sur le banc !

Act two :

The next day, still excited by the visit of the Lotfollah mosque in the Imam Square, we forgot Daniel’s phone on a bench. One must imagine that there are hundreds of people on this great square. Half an hour later, after shopping in the bazaar, we realized it, we run back to the square and obviously found nothing on the bench!

Tout penauds, nous nous dirigeons vers le bureau de la police touristique au cas où on leur aurait rapporté le téléphone, sans beaucoup d’illusions. On est alors abordé par deux jeunes femmes en tchador, avec l’objet perdu à la main ! Elles avaient ouvert le téléphone, trouvé une photo de Chon sur Whatsapp, l’avaient reconnue parmi la foule et nous le rapportaient !

We headed for the tourist police office in case someone brought them the phone, without muchhope. We are then approached by two young women in chador, with the lost object in hand ! They had opened the phone, found a picture of Chon on Whatsapp, had recognized her among the crowd and were reporting it to us!

Formidable Iran, et formidables Iraniennes. Bien sûr cela aurait pu arriver en France ou ailleurs, mais cette vision des deux jeunes femmes en tchador, courant après nous tout sourires avec le téléphone, on ne l’oubliera pas. On les a remerciées autant qu’on a pu et on est reparti après un selfie, avec un poids en moins sur la poitrine.

Formidable Iran, and formidable Iranians. Of course this could have happened in France or elsewhere, but this vision of the two young women in chador, running after with smiles (and  with the phone), we will not forget it. We thanked them as much as we could and we left after a selfie, really relieved.

Acte trois :

Le surlendemain, c’était le premier jour de  Moharram, premier mois de l’année lunaire. Ce jour-là est vraiment férié et notre parking, pardon, notre résidence, fermait de 9h du matin à 17H. Le gardien a bien voulu nous laisser seuls à l’intérieur avant de fermer le portail. C’était l’occasion d’une journée complète de repos, après trois jours de ballades dans Ispahan : lavage du camion, lessive, cuisine d’avance, sieste, blog,..

Act three:

Two days later, it was the first Moharram, the first month of the lunar year. That day is really a holiday and our parking, sorry, our residence, closed from 9am to 5pm. The guard was kind enough to leave us alone inside before closing the gate. It was the occasion of a full day of rest, after three days of walks in Isfahan: motorhome washing, laundry, cuisine in advance, siesta, blog, ..

Vers 13h, tout d’un coup, on entend appeler « Daniel, c’est Mitra ! » par dessus le mur du parking et on voit apparaître une femme toute en noir (on est en Moharram), en haut d’une échelle branlante en bois : c’était effectivement Mitra, qui s’inquiétait pour notre téléphone !

Around 1pm, all of a sudden, we hear call « Daniel, it’s Mitra! » over the wall of the car park and we see a woman in black (this Moharram), climbing on top of a rickety wooden ladder : it was indeed Mitra, who was worrying about our phone!

Par quel miracle nous avait elle retrouvé ? Nul ne le sait !

Elle nous a expliqué que les jeunes femmes qui avaient trouvé le téléphone avaient téléphoné aux derniers numéros que Daniel avait appelés, et comme le dernier appel était pour elle, elle s’était mise sur notre piste ! On l’a évidemment remercié de sa sollicitude, et elle nous a reconfirmé qu’elle nous attendait à Chiraz.

C’est elle qui a eu le mot de la fin, lorsque qu’on lui a demandé comment on pouvait la remercier : « Priez Dieu que je ne me casse pas la figure en descendant de l’échelle, et à bientôt » !!!

Mais bien entendu, avant cela, elle a fait une photo avec nous en contrebas depuis son perchoir !

By what miracle did she find us? No one knows!

She explained that the young women who had found the phone had tried the last numbers that Daniel had called, and as the last call was for her, she was on our track since the day before ! We thanked her so much for her solicitude, and she reconfirmed that she was waiting for us at Shiraz. It was she who had the last word, when asked how to thank her: « Pray God that I will not break my face as I get off the ladder, and see you soon! » But of course, before that, she took a picture with us on the backgound from her perch!

Publicités

3 réflexions sur “Une apparition / an apparition

  1. super !

    un vrai moment de bonheur et de rires a vous lire

    a bientot

    pierre yves et valerie

    J'aime

  2. magnifiiiiiique !!! Hamdoulillah !!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.