Daniel et Chon

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront (René Char)

On dirait le sud

4 Commentaires

Après avoir joué les incorruptibles à la frontière Cambodge-Laos, nous avions bien mérité un peu de repos. Nous l’avons trouvé à Don Khone. C’est l’une des « 4 000 îles » que forme le Mékong juste au dessus de la frontière. On y accède par un « ferry » assez folklo.

C’est en fait une pirogue à moteur qui zigzague entre les îles et îlots pendant une bonne demi heure avant d’atteindre sa destination. C’est proprement magique.

Une série de guesthouses s’alignent le long du bras du fleuve. Tout est paisible à Don Khone : pas de voitures, pas de sonos tonitruantes, pas de vie nocturne trépidante comme à Don Det. Parfait pour récupérer pendant deux jours. La vue de notre balcon en témoigne.

Notre seule activité, à part siestes et hamacs, aura été une grande balade en vélo vers des cascades assez impressionnantes et la contemplation des couchers de soleil sur Don Det en face de notre guest house, une bière fraîche à la main. On a vu pire !

L’étape suivante nous a amenés à Champassac, un petit bourg au nord des îles, sans grand intérêt à part le site de Wat Phou, au sud de la ville et le charme de notre guesthouse « Anouxa » au bord du Mékong.

Wat veut dire Temple et Phou Montagne. Le nom est bien trouvé pour ce petit sanctuaire niché au pied d’une colline escarpée.

On y accède par un grand escalier monumental encadré de magnifiques frangipaniers en fleurs.

C’est un temple Khmer qui date de l’époque où l’empire s’étendait sur le sud Vietnam, et une grande partie du Laos et de la Thaïlande, jusqu’à la Malaisie actuelle, entre le XIe et le XIIe siècle.

Tout en haut, au pied de la falaise, le petit sanctuaire attend le visiteur épuisé par les 300 marches sous le soleil.

On y retrouve ces sculptures et bas-reliefs qui nous avaient tant ravis à Angkor l

Mais c’est la vue depuis le sommet qui fait tout le charme de l’endroit.

Notre troisième étape dans le sud a été pour le plateau des Bolaven. Basés à Paksé, deuxième ville du pays, c’est en scooter que nous sommes montés faire une virée dans les collines et parmi les caféiers.

Les Bolaven produisent 80% du café du Laos.

Les Bolaven, ce sont aussi de nombreuses cascades spectaculaires et l’occasion de bains bien rafraîchissants.

Indiana Jones n’a qu’à bien se tenir, Chon arrive !

 

Publicités

4 réflexions sur “On dirait le sud

  1. Donc tu paie ton voyage et faisant bosser Chon dans les plantations ….c’est un scandale !!!! Enfin si elle consent à se faire exploiter …

    J'aime

  2. Je lis vos péripéties avec toujours beaucoup de plaisir. Je suis néanmoins un peu inquiète des expériences gastronomiques de Daniel. Pourvu qu’il ne se mette pas en tête de les partager à son retour… Bises à vous deux. Mo et JM

    J'aime

    • Merci les P.-P. ! Je me suis un peu calmé sur la gastronomie des animaux à 6 pattes. On vient de passer deux jours à Vientiane chez des amis. Demain départ 7h pour Luang Prabang (12h de bus en principe) ! Bises.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.