Daniel et Chon

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront (René Char)

Des Lénine et des lamas

Poster un commentaire

En 1991, la petite république de Lituanie profite du démantèlement de l’URSS pour recouvrer son indépendance, après 45 ans d’intégration forcée dans l’Union soviétique. Mais comment se débarrasser de ce passé (360 000 lituaniens, soit près de 10 % de la population, sont passés par le Goulag), sans oublier ces années terribles ? Et que faire des centaines de statues de « héros » soviétiques qui marquent l’espace public, une fois descendus de leur piédestal ?

g2  g1

C’est Viliumas Malinauskas, ancien directeur de Kolkhoze et nouveau milliardaire lituanien, dont le père est mort au Goulag, qui gagne le concours organisé par le Ministère de la Culture pour un musée rassemblant ces témoins encombrants des années noires et installe un musée en plein air près de la frontière biélorusse.

index  logonew

Le « roi de l’exportation de champignons » n’a pas fait les choses à moitié. Sur 20 ha pas moins de 90 sculptures attendent le visiteur. Les légendes retracent le parcours politique de chaque « héro » et illustrent bien la dictature mise en place.

G3.JPG

Mais ce n’est pas tout. Malinauskas a voulu recréer une ambiance de camp sibérien, en entourant le parc de barbelés et de miradors ! Il voulait même organiser des tours depuis Vilinus en embarquant les touristes dans des wagons à bestiaux gardés par de faux soldats soviétiques en uniforme. Le Ministère a dit non ! La locomotive frappée de l’étoile rouge et les wagons sont tout de même en place à l’entrée du parc, près des balançoires et jeux pour enfants.

g4

Le jour de l’inauguration en 2004, les visiteurs ont été accueillis par un faux Lénine en chair et en os, tenant une gerbe de blé, un Staline (un peu maigrichon, d’après les photos exposées à l’entrée) et par des « pionniers » chantant la grandeur de l’URSS.

g5   g6

Le chemin dans la forêt est finalement sans surprise : les statues sont bien telles qu’on les imagine.

G7.JPG

G8.JPG  g9

g10g14  g13

Pour parfaire l’ambiance, des bâtiments de bois « sibériens » proposent des reconstitutions de la vie sous le joug soviétique : salle de réunion avec pupitre pour les discours, bureaux du commissaire politique, bibliothèque.

g26

g16

g15

Il y a même des tapis à l’effigie de Lénine. On a beaucoup aimé le Marx en pâtre grec (ou est-ce un Ben-Hur? un Moïse ? un Moustaki ?), le Staline au Taj Mahal et le Lénine vaguement pop-art allongé entre deux cages à oiseaux.

g17  g19

G18.JPG

Au restaurant, des serveuses en chemise blanche et foulard rouge autour du cou proposent un menu d’époque : une soupe de betteraves Nostalgjia, des boulettes de viande Adieu Jeunesse, des plats de poisson et oignons à la russe arrosés de cocktail de canneberges Souvenance ou de vodka CCCP.

La boutique de souvenirs n’est pas en reste, avec des réveils, des chopes, des mugs et autres magnets, à l’effigie des « grands hommes », de Marx à Brejnev, avec une nette prédilection pour Lénine et Staline.

g20  g21

Ne manquant décidemment pas d’idées, notre roi du champignon a ajouté à son parc un zoo, assez minable, où un zèbre, un chameau, des oiseaux dans une volière -remarquable collection de races de poules- , un porc épic, des autruches, s’ennuient à mourir à côté des Lénine, Staline et autres apparatchiks lituaniens. Dans son enclos de béton, un ours est affalé à l’ombre, face à des sculptures de Blanche neige et ses sept nains.

g22  g23

Le tout est ponctué de chants à la gloire de l’URSS distillés depuis des miradors

Près de l’entrée, dans un enclos entouré de barbelés, et surveillés par un mannequin en uniforme depuis son mirador, cinq lamas et trois émeus cohabitent avec un Lénine entouré de deux camarades lituaniens.

G24.JPG

Que penser de ce capharnaüm d’un goût très douteux ? Le moins qu’on puisse dire c’est que le parc n’a pas fait l’unanimité à son ouverture chez les Lituaniens. Si certains ont retrouvé (avec peut-être un peu de nostalgie?), l’ambiance de leurs années de jeunesse, d’autres ont trouvé scandaleux cette évocation des années terribles de l’occupation russe.

Pour des touristes français, c’est avec un rire un peu nerveux qu’on parcours le parc. C’est certains que pour les lituaniens ce ne doit pas être la même chose.

Le seul, finalement, qui semble s’en ficher complètement, c’est le Lénine de granit dans son enclos animalier. Il reste de marbre ainsi que ses compagnons de captivité : on voit bien que Vladimir Illich et ses émules sont peu émus par les émeus.

g25

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.