Daniel et Chon

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront (René Char)


7 Commentaires

Le coup de la panne / Happy breakdown

A la sortie de Kandovan, lors d’une manœuvre hasardeuse, on a accroché la trappe de vidange du réservoir d’eaux usées sous le camping car. On ne s’en est aperçu que 150 kms plus loin à Oroumiyeh (Ourmia sur Google maps). Tout le système avait été arraché et on se retrouvait avec un réservoir sans bouchon ! Génant !

At the exit of Kandovan, during a random maneuver, the drain hatch of the waste water tank was hit by a rock under the motorhome. We only discovered the problem 150 kms away in Oroumiyeh (Ourmia on Google maps). The whole system had been ripped off and we ended up with a tank without a lid ! Embarrassing !

Mais nous sommes en Iran.

But we are in Iran.

A l’entrée de la ville, on s’arrête et on explique notre problème via Google traduction sur le téléphone. Aussitôt, quelqu’un nous amène chez un plombier qui nous propose tout de suite une solution simple pour notre problème : Un anneau avec pas de vis, collé autour du trou et un gros boulon comme bouchon. Parfait. Tout ceci avec des gestes, des mimiques, des dessins, des sourires et un peu de Google trad ! Pendant ce temps-là, la personne qui nous avait servi de guide attendait poliment au cas où nous aurions encore besoin de lui.

At the entrance to the city, we stop and explain our problem via Google translation on the phone. Someone immediately brings us to a plumber who offers us a simple solution for our problem: a ring with screw thread, glued around the hole and a big bolt as a plug. Perfect. All this with gestures, mimics, drawings, smiles and a little Google trad ! Meanwhile, the person who had served as our guide waited politely in case we needed him again.

Faramaz le plombier monte en voiture avec nous et nous fait traverser la ville. On pense alors qu’il nous amène sans doute dans un garage pour pouvoir travailler confortablement sous le camping car placé sur une fosse. Que nenni !

Faramaz the plumber makes us cross the city. We think then that it probably takes us to garage to be able to work comfortably under the motorhome placed over a pit. Totally wrong !

On se gare devant une maison dans une petite rue. Une dame nous ouvre : Il nous a amené chez lui pendant qu’il allait faire la réparation devant la maison ! Nous sommes ses invités. Sa femme Parvin et ses deux filles, Sevda, informaticienne et Sima étudiante en éducation physique, nous accueillent avec thé, gâteaux, petits chocolats, fruits.

Chez le plombier

On parle de tout et de rien pendant deux heures, le temps de la réparation et aussi celui nécessaire pour préparer le repas de midi. On ne peut décemment pas refuser ! Puis Faramaz réapparaît, mission accomplie, s’excuse de devoir retourner à son magasin et refuse tout paiement pour les pièces et son travail malgré notre insistance !

We park in front of a house in a small street. A lady opens the door: He had brought us to his home and he was going to do the repair in front of the house ! We were his guests. His wife Parvin and his two daughters, Sevda, computer engineer  and Sima, student in physical education, welcome us with tea, cakes, chocolates, fruit. We talk about everything and nothing for two hours, the time of the repair and also that necessary to prepare the lunch. You can not decently refuse ! Then Faramaz reappears, having fixed the tank, apologizes for having to return to his store and refuses any payment for the parts and his work despite our insistence!

Après un très bon repas en famille, et quelques photos avec la petite cousine qui s’est empressée de venir voir les invités français, on repartira avec une boite de bonbons, spécialités d’Oroumiyeh : des pistaches enrobées de sucre et parfumées à l’eau de rose.

After a very good meal with the family, and some pictures with the little cousin who hastened to come and see the French guests, we will leave with a box of sweets, specialties of Oroumiyeh: pistachios coated with sugar and perfumed with rose water.

On se sent vraiment gênés de tant de gentillesse. Quand on pense à la façon dont on accueille les étrangers en France !!!

One feels really embarrassed by so much kindness. When one thinks about the way we welcome foreigners in France !!!


1 commentaire

Kandovan et le lac mort / Kandovan and the dead lake

A 50 kms au sud de Tabriz, le village troglodyte de Kandovan est construit à flanc de montagne. Nous étions vendredi et on a eu l’impression d’être au Mont Saint-Michel, tellement il y avait de monde.

50 kms south of Tabriz, the troglodyte village of Kandovan is built on a mountainside. We were on Friday and felt like we were at Mont Saint-Michel, it was so crowded.

Ceci dit, c’est un endroit très étonnant. Les maisons sont creusées dans la pierre, avec souvent une avancée en briques. On se croirait en Cappadoce. Presque tous les rez-de-chaussée des maisons ont été transformés en boutiques d’herboristerie ou de souvenirs, tapis très grossiers, écharpes, mini-cheminées de fée en argile avec fenêtres, bref, tout ce qu’on peut imaginer pour les touristes.

However, it is a very amazing place. The houses are carved out of stone, often with a front extension made of bricks. It feels like Cappadocia. Almost all the ground floors of the houses have been transformed into herb shop or souvenir shops, offering very coarse carpets, scarves, clay mini-chimneys with windows. In short, everything you can imagine for tourists .

Après Kandovan, on a fait route vers Oroumiyeh et son grand lac. Cette grosse ville de 500 000 habitants n’a pas d’intérêt, sauf pour nous. C’est bête mais on voulait voir cet endroit suite à la lecture du récit de la fuite du pays en 1983 de deux jeunes téhéranaises en butte à la répression. Elles sont passées clandestinement en Turquie en pleins troubles entre les Kurdes et le gouvernement central. Leur histoire très rocambolesque nous avait captivé et Oroumiyeh était la plaque tournante du trafic des passeurs Kurdes vers la Turquie. A lire absolument (La vallée des aigles : autobiographie d’une fuite / Sorour Kasmaï.– Actes sud, 2006).

After Kandovan, we made our way to Oroumiyeh and its large lake. This big city of 500,000 inhabitants has no interest, except for us. It is stupid but we wanted to see this place following the reading of the story of the escape from Iran in 1983 of two tehrananese young women facing repression. They went clandestinely to Turkey at a time of full disturbance between the Kurds and the central government. Their very fascinating story had captivated us and in the book Oroumiyeh was the hub of the traffic of the Kurdish smugglers towards Turkey.  (La vallée des aigles [The valley of the eagles] :  / Sorour Kasmaï.- Actes sud, 2006).

La ville est à l’ouest du grand lac éponyme, que l’on traverse sur un grand pont. Malheureusement ce lac est presque vide d’eau et s’est transformé en un immense polder couvert d’une croûte de sel, où rien ne pousse.

The city is to the west of the great eponymous lake, which is crossed on a large bridge. Unfortunately this lake is almost empty of water and has turned into an immense polder covered with a crust of salt, where nothing grows.

Ce n’est pas la Mer d’Aral, mais presque et le grand bac échoué sur la plage ne risque pas de s’extraire de sa gangue de sel. Cette catastrophe écologique est le résultat du réchauffement climatique. Qui peut encore en douter ?

It is not the Aral Sea, but almost ,and the large ferry stranded on the beach does not risk to extricate itself from its gangue of salt. This ecological catastrophe is the result of global warming. Who can still doubt it?


3 Commentaires

Fanatiques ! / Fanatics !

Tabriz, la troisième ville d’Iran après Téhéran et Isfahan, compte 2 millions d’habitants. Les Mongols en feront la première capitale de la Perse au XIIIème siècle. Cette période faste se terminera avec le transfert de la cour à Qazvin puis à Isfahan.

Tabriz, Iran’s third largest city after Tehran and Isfahan, has 2 million inhabitants. The Mongols will make it the first capital of Persia in the thirteenth century. This period will end with the transfer of the court to Qazvin then to Isfahan.

Lire la suite