Daniel et Chon

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront (René Char)


3 Commentaires

De retour chez les Ottomans / Back to the Ottomans’ time

Que ce pays est grand ! La frontière bulgare est à 700km et il nous reste encore près de 1000 pour atteindre la Géorgie. Aujourd’hui nous avons zigzagué le long de la côte ou plutôt navigué dans les routes sinueuses des collines boisées de la Mer Noire. Un petit arrêt à la station balnéaire de Agva, plage, transats et parasols et en route pour Safranbolu.

How wide this country is ! The Bulgarian border is 700km away and we still have nearly 1000 more to reach Georgia. Today we have zigzagged along the coast or rather drove through the winding roads of the forested hills of the Black Sea. A small stop at the seaside resort of Agva, with beach, deckchairs and umbrellas and we were on our way to Safranbolu.

Il était temps qu’on se trouve un endroit à visiter : rouler pour rouler depuis Limoges commençait à être lassant.

It was time we found a place to visit. Driving everyday was becoming rather boring.

Heureusement Safranbolu ne nous a pas déçus.

Luckily, we were not deceived by Safranbolou.

Nous sommes installés sur une aire de camping cars très agréable au dessus de la vieille ville, dépendant de l’hôtel Kadyoglü en contrebas (N41°14’56,04 E41’38,04, 10€) . L’hôtel est une vieille maison ottomane comme on en a tant croisées à Sarajevo, à Gjirokaster en Albanie,  à Melnik en Bulgarie ou à Ohrid en Macédoine. On retrouve l’empire Ottoman qu’on avait parcouru l’an dernier. Après avoir été dominée par les Gasgas, les Paphlagons, les Grecs, les Romains, les Byzantins, les Seljoukides, elle est devenue ottomane en 1392. Mais qui diable sont ces Gasgas et ces Paphlagons ?

We are staying on a very pleasant aire above the old town (N41 ° 14’56,04 E41’38,04, 10 €) depending of the Kadyoglü hotel. It is an old Ottoman house like those we found in Sarajevo, Gjirokaster in Albania, Melnik in Bulgaria or Ohrid in Macedonia last year.  After being dominated by the Gasgas (?), The Paphlagons (?), The Greeks, the Romans, the Byzantines, the Seljoukids, Safranbolu became Ottoman in 1392. But who the hell are those Gasgas and Paphlagons ?

Au hasard de notre balade dans la petite ville, on découvre une ruelle, une mosquée, une placette couverte de vigne. C’est charmant.

Des fruits sèchent au soleil. Grosses cerises ? Petits abricots ? Prunes ? Tomates locales ?

Fruit are drying in the sun. What are they ? Big cherries, apricots, prunes or tomatoes ?

Ici, comme partout en Turquie, des drapeaux flottent au vent. Ils sont souvent immenses. les Turcs ont-ils peur qu’on oublie qu’on est chez eux ? Cela a-t-il quelque chose à voir avec la situation politique du pays  après le référendum d’Erdogan ? Ou simplement aiment-ils les drapeaux ?

As everywhere else in Turkey, flags are flying high. They are huge. Are the Turks afraid that we’d forget we are in their country ? Has it something to do with the political situation of the country after Erdogan’s referendum ? Or do they just like flags ?

Nous avons fini notre tour de Safranbolu par une étape dans un très beau caravansérail transformé en café.

We ended up sitting in a beautiful caravanserail transformed as a cafe.

Eh oui, nous sommes déjà sur la route de la soie ! Safranbolou a dû sa prospérité à sa situation au carrefour de deux routes commerciales vers la lointaine Chine. Son unité architecturale lui a valu d’être labellisée UNESCO depuis 1994. La prochaine ville UNESCO sur notre route sera Chiatura en Géorgie.

Yes, we are now on the Silk road. Safranbolu’s properity was due to its location as a crossroad towards far away China. The next UNESCO city on our route will be Chiatura in Georgia.

Et ici comme partout dans le monde, les photos de mariage restent incontournables…

And here as everywhere in the world, wedding pictures are a must…